En entrevue avec Marie-Pier Perreault


Marie-Pier Perreault est en pleine préparation de son 4e album qui s'intitulera M'enraciner. À moins d'un mois de son lancement, elle a accepté de m'accorder cette entrevue. voici donc le résultat de ma jasette avec une femme passionnée, inspirante, attachante, sympathique et terre-à-terre.


Martine : Marie-Pier tu as commencé ta carrière alors que tu étais très jeune, tu avais quoi… 13 ans?

Marie-Pier : En fait beaucoup plus jeune que ça! À ma première apparition télé, j’avais 9 ans. C’était à une émission qui s’appelait le Point J qui était animé par Julie Snyder. J’avais participé à un concours et le prix était d’avoir la chance de se présenter et de chanter une chanson à la télévision. Donc,  j’avais gagné le concours ex aequo avec une autre fille et ça a fait en sorte que je me suis retrouvé à la télévision. À partir de ce moment-là, il y a quelqu’un qui m’a vu sur le plateau et qui avait envie de s’occuper de moi. On a été ensemble pendant plusieurs années pour démarrer ma carrière. Il n’y a personne de ma famille qui travaille dans le milieu alors ça a vraiment été un coup de chance. J’étais à la bonne place au bon moment! J’ai eu une belle offre et on a décidé de se lancer dans cette aventure ma famille et moi. À cet âge-là, ça implique beaucoup la famille. Par la suite, c’est à 12 ans, que mon premier album Parlez-moi est paru en magasin. Ensuite, il en a eu un autre à 14 ans, un autre à 17 ans et le prochain sortira alors que j’ai 24 ans. 

Martine : Wow toute une carrière!

Marie-Pier : Mine de rien ça fait déjà 15 ans de carrière dans le milieu! Des fois, il faut que je me pince. Je me dis ‘’15 ans ça ne se peut pas!’’

Martine : Oui à 24 ans c’est une grosse partie de ta vie! 

Marie-Pier : Oui, exactement! J’ai tellement commencé jeune!

Martine : De quelle façon Marie-Pier la chanteuse a changé depuis ce début de carrière?

Marie-Pier : J’ai énormément changée puisqu’à l’époque j’étais une petite fille. Je me souviens j’étais en 4e année quand j’ai fait ma première performance télé donc, c’est sûr que je n’étais pas très à l’affût de ce que la vie était encore, ni de ce que le milieu était.  J’étais très bien entourée par ma famille. J’ai vraiment profité de la vie comme n’importe quel jeune, donc j’ai eu une adolescence relativement normale. Si on parle de la façon dont j’ai évolué en termes de caractère, c’est sûr que l’industrie de la musique au Québec c’est un monde principalement d’adulte et donc, j’ai peut-être vieillie un peu plus vite que les autres, dans le sens que j’étais souvent la seule en bas de 18 ans sur les plateaux de tournage. À l’époque ce qui était un peu plus problématique, c’est surtout les textes des chansons que je devais chanter.  À 12 ou 14 ans, les textes doivent être bien choisis parce  que tu ne peux pas chanter une chanson d’amour à cet âge-là, tu ne l’as pas encore vécu. Mais aujourd’hui, à 24 ans, les choses ont vraiment changées. Je peux me permettre de chanter ce dont j’ai envie et des histoires qui me ressemblent vraiment parce que je les ai vécues. J’ai aussi un œil différent sur le milieu. Dans ce domaine j’ai vécu des beaux comme des moins beaux moments. Je me suis retirée pendant environ 5 ans, parce que j’avais vraiment besoin d’aller terminer mes études. J’ai fait un DEC en communication et une mineure en cinéma à l'université. Tout ça fait en sorte qu’aujourd’hui mon œil est vraiment différent face au milieu. Je sais un peu plus comment le tout fonctionne, je comprends mieux les dessous aussi, donc ça me permet de savoir ce que je devrais faire et ce que je ne devrais pas faire. Je coproduis mon album avec mon amoureux! Je n’aurais jamais pensé faire ça. C’est sûr que je ne sais pas tout! On apprend tous les jours! Le milieu de la musique évolue si vite, entre autres à cause du téléchargement numérique et de la technologie. Tout de même, j’ai maintenant une plus grande maitrise de mon métier que lorsque j'étais plus jeune. 

Martine : Et après toutes ces années, tu travailles sur ton prochain album qui sortira le 17 septembre et qui se nommera M’enraciner! À quoi le public peut s’attendre pour cet album-là?

Marie-Pier : Le point principal de cet album c’est que sur douze chansons j’ai écrit sept textes, ce qui n’était pas le cas sur mes autres albums. J’ai toujours été une interprète jusqu’à aujourd’hui. Au départ, je pensais écrire deux ou trois textes. J’en ai écrit une…deux…trois et finalement j’en ai écrit sept, dont une que j’ai coécrite avec un de mes amis. Étant donné que j’ai toujours été une interprète et que j’ai toujours aimé chanter les textes des autres, j’ai quand même approché des auteurs pour certaines chansons. Sur cinq chansons, il y en a deux qui n’ont pas été écrites pour moi spécifiquement. Ce sont quand même des chansons qui me ressemblent et en puisant dans mon passé j’arrive à les interpréter. Sinon, la majorité des chansons qui ont été écrites par quelqu’un d’autre, et qui seront sur mon album, viennent d’auteurs et de compositeurs qui ont écrit en fonction de la personne que je suis et de mon projet. C’était important pour moi que ça me colle à la peau! C’est un album qui est très personnel où je raconte des choses qui sont très près de moi, des choses que dont je n’avais pas parlées avant. J’ouvre vraiment la porte de mon journal intime aux gens et c’était le but de ce projet-là! Je voulais que les gens qui écoutent l’album me connaissent un peu mieux. Je suis très en amour avec mon copain, alors c’est sûr que ça parle d’amour. Il y a aussi une chanson où je me suis demandé ce que je dirais à la petite fille de 9, 14 et 17 ans que j’étais. Je me suis aussi propulsée dans l’avenir, les choses qui me font peur : l’amour à distance pendant les tournées, etc. Il ne s’appelle pas non plus M’enraciner pour rien! Quand on a enclenché le projet, j’habitais encore chez mes parents et j’ai toujours eu le syndrome de l’imposteur aussi par rapport à mon milieu et M’enraciner c’est ça un peu. C’est faire mon nid avec mon amoureux, on a déménagé ensemble il y a environ 6 mois. C’est aussi m’enraciner dans mon projet, de l’assumer un peu plus et de grandir là-dedans. Au niveau du son, c’est un album qui est vraiment organique. Il y a beaucoup de guitares, alors c’est plus folk, mais ça reste pop. Il y a aussi deux chansons piano, violoncelle et voix. Donc le côté épuré avec la voix est mis de l’avant et c’est une chose sur laquelle je voulais axer le projet, parce que je tiens à ce que les gens comprennent bien ce que je dis. Je ne quitte pas mon public et je ne change pas de public non plus. Les gens qui ont aimé mes albums précédents vont réussir à me reconnaitre dans cet album-là aussi.

Martine : Tu le vends très bien! J’ai vraiment envie de l’entendre quand je t’entends en parler. 

Marie-Pier : Merci!

Martine : Est-ce que tu as pensé au type de lancement que tu voulais pour M’enraciner?

Marie-Pier : Nous sommes justement en train de le préparer. Nous inviterons les médias à s’y présenter. Puis, il y aura des membres de ma famille, mes amis, ainsi que tous les artisans du projet. Un concours sera mis en ligne sur ma page Facebook, afin que les fans puissent venir assister au lancement. Il y aura aussi d’autres concours qui permettront au public de venir à l’évènement.  Tous les détails seront disponibles sur mes réseaux sociaux le 3 septembre prochain. Nous voulons que les gens qui me suivent depuis plusieurs années aient la chance de voir ce qu’est un lancement.  C’est comme la finalité du projet qui ouvre vers une autre partie : les spectacles, la tournée, les performances à la télé, etc. Donc, je trouve cela important de le vivre, non seulement avec ma famille et mes amis, mais aussi avec les fans, les gens qui ont travaillés sur l’album et les médias qui pourront transmettre le tout aux gens qui ne pourront pas y assister.
 
Martine : Génial! 

Marie-Pier : J’ai d’ailleurs choisi le Lion D’or pour l’ambiance qui règne dans la salle. Puis, tout le concept du projet est pensé autour de l’image de M’enraciner. Le Lion D’or est un endroit avec les planchers en bois où il y a de belles boiseries et où il y a quelque chose qui nous ramène vraiment à la source et c’est ça l’album M’enraciner! C’est de revenir à qui je suis, à la vraie Marie-Pier. Le Lion D’or a une belle ambiance et un son très chaleureux. C’était vraiment important pour moi de trouver un endroit qui a un lien très fort avec mon album.

Martine : Marie-Pier tu es une artiste qui est pas mal impliquée dans les différentes causes sociales.  Tu as participé au spectacle-bénéfice d’ANEB en avril dernier. Pourquoi c’est une cause qui est importante pour toi?

Marie-Pier : Toutes les causes qui touchent les enfants me touchent beaucoup! Par exemple, le téléthon Enfant Soleil. L’importance d’adopter les animaux me touche beaucoup aussi, puisque j’ai un petit chien que j’aime beaucoup! Puis, il y a l’ANEB qui me touche particulièrement. Je tenais à être sur le show du mois d’avril. Je suis dans un milieu où on est scruté à la loupe par les médias. Où il y a une grande importance donnée au physique, qui est parfois plus important que le talent que nous avons. Je trouve ça vraiment important de véhiculer des valeurs qui vont à l’encontre de ça. Je ne suis pas une personne qui axe mon travail sur le physique. Il y a des personnes incroyables qui commencent à briser les tabous. Par exemple, Adèle. C’est une fille qui chante merveilleusement bien et on s'en fout de ce qu’elle a l’air! C’est une femme magnifique avec toutes ses belles rondeurs. Il y a tellement de jeunes au Québec qui regardent les magazines ou qui regardent des émissions de télé et qui voient des filles tellement minces, et pensent que c’est ça la beauté. Il y a des garçons aussi qui regardent ça et qui se disent ‘’C’est ça une belle fille!’’ et recherchent ce type de femmes dans la vie de tous les jours, mais ce n’est pas la réalité. C’est aussi pour ça que je trouve ça important que m’impliquer dans une cause comme ça. J’ai des gens autour de moi qui ont souffert de troubles alimentaires. Moi, je n’ai jamais souffert de ça, mais c’est un sujet qui est récurent dans ma vie. Auquel je pense régulièrement, auquel je fais attention, pas seulement pour mon poids, mais aussi parce que dans mon travail de chanteuse, je ne peux pas manger n’importe quoi avant de monter sur scène. ANEB est une association qui s’occupe tellement bien des gens, autant des garçons que des filles. Il n’y a pas de sexe et ni d’âge pour souffrir de troubles alimentaires. 

Martine : Félicitation! Tu es un beau modèle pour les jeunes! 

Marie-Pier : Parfois, je m’arrête et je regarde autour de moi et je trouve les gens tellement beaux! Ce n’est pas une question de poids… C’est cliché de dire cela, mais c’est vraiment la personnalité qui compte. Quand j’avais 17 ou 18 ans et que je sortais dans les bars, j’étais plutôt discrète et je n’étais pas le genre de fille qui flashe, si tu me permets l’expression. Je n’arrivais pas à séduire. Il faut dire que ce n’est pas dans mon tempérament, mais tout de même! J’ai compris, avec les années, que c’est lorsque que l’on discute avec les gens, que l’on découvre la personnalité d’une personne, que l’on peut réellement tomber en amour. Et c’est ça qui est important!

Martine : Effectivement! En terminant Marie-Pier, j’imagine que ton lancement prendra beaucoup de ton temps cet automne, mais, quels sont tes autres projets à venir?

Marie-Pier :  Je viens de vivre un gros mois d’août qui n’est pas terminé encore! J’étais partie pendant deux semaines. Je faisais la tournée du ROSEQ en première partie de David Jalbert. Nous sommes allés jusqu’à Natashquan. Nous avons fait sept shows en neuf jours. Cette semaine, je participe à l’Omnium au profit de l’ANEB (le 22 août 2013) du côté de la rive nord. J’ai aussi un spectacle dimanche prochain (le 25 août) à l’Ange Cornu de l’Assomption. Sinon, pour le moment, je me concentre vraiment sur le lancement de l’album. J’ai vraiment eu un gros été alors c’est une bonne chose que mon début septembre soit plus calme parce que je vais avoir beaucoup de répétitions pour le lancement. Nous sommes aussi en train de mettre en place tout le côté visuel de l’album. Nous avons filmé tout le processus de productions avec l’équipe de Productions Chaumont. Nous tournons actuellement d’autres images qui seront intégrées au making of. Les gens pourront se procurer celui-ci lors des spectacles et dans la future boutique en ligne de mon site Web.

Martine : Yeah! C’est énervant!

Marie-Pier : Oui! C’est sûr que c’est vraiment énervant parce que c’est vraiment mon projet avec mon amoureux. On s’est vraiment investi. On a fondé notre compagnie qui s’appelle les Productions Muse-IX pour produire cet album. On a fondé aussi notre maison de disques qui porte le même nom. On a vraiment pris le projet en main de A à Z. Donc, c’est vraiment quelque chose de spécial! On a l’impression que c’est notre bébé, c’est super touchant de voir ça. Nous sommes très excités à quelques jours du lancement!

Martine : Mais oui c’est sûr! Merci Marie-Pier je te souhaite beaucoup de succès pour ton album Les gens vont adorer c’est certain, quand quelques choses est fait avec autant de passion on ne peut faire autrement qu’être touché et sentir aimé le résultat.  

Marie-Pier : Merci!

Pour plus amples informations visitez le http://www.mariepierperreault.com/

Commentaires