Soirée acoustique avec Anik Bérubé et Natalie Byrns!


L’ambiance intime de la salle Claude-Léveillée de la Place des Arts était tout à fait de circonstance pour accueillir le duo composé de Natalie Byrns et d’Anik Bérubé dans le cadre des festivités des Week-Ends de la chanson Québécor.


Ayant respectivement deux albums de leur côté, les deux artistes indie ont opté pour une formule qui leur permettait de nous présenter chacune leurs chansons avec ce spectacle intitulé Le soleil en bulle (une fusion des titres de leurs albums). Multi-instrumentistes, elles se sont accompagnées à tour de rôle lors de leurs performances en jouant tantôt du piano, du xylophone, du tambour et de la guitare, créant une belle harmonie. Chacune s’est également jointe à l’autre en tant que choriste à quelques reprises. Pour notre plus grand bonheur, les deux auteures-compositrices-interprètes nous ont offert quelques pièces en duo, démontrant de ce fait la douceur et la beauté de leurs voix en parfaite symbiose.


Les personnes présentes dans la salle ont aussi pris plaisir à écouter les anecdotes de voyage de ces deux amies qui ont déjà pris la route ensemble le temps d’été pour faire un roadtrip de filles jusqu’à Natashquan. Il n'est donc pas étonnant de constater que leurs compositions puisent leur inspiration de ces jours-là. De « Bulle de bonheur » à « Recoller les morceaux », d'un album à l'autre, Anik Bérubé partage avec nous ses souvenirs de voyage et nous invite dans sa bulle afin de vivre une gamme d’émotions. Elle aborde les thèmes de l’amitié et de l’amour sous tous ses angles. L’artiste country-folk sait d’ailleurs faire ressortir le bon côté des choses comme lorsqu’elle chante Pile ou face, une composition qui parle d’une rupture, mais tout en ayant le sourire aux lèvres durant la performance. Dans la même veine que celle qui se fait confondre pour sa sœur, Natalie Byrns, la native de Thetford Mines, nous fait voyager avec son premier opus « Le soleil sur l’épaule ». Changement de cap, toutefois, quand elle nous emmène dans l’univers qu’est « Carnet d’insomnie », son plus récent projet où elle nous raconte ses milles et une nuits blanches.


Bien à l’aise sur la scène, ces deux complices ont dégagé une belle énergie, qualifiée de folâtre ou folingue même par moment, tout au long de la représentation. Ces petites folies n’ont été qu’un plus à l’atmosphère conviviale du spectacle.

Pour en apprendre plus sur Anik Bérubé, visitez son site officiel.
Pour en apprendre plus sur Natalie Byrns, visitez son site officiel.

Article par Stacy Rajarison
Crédit photo: Petite Boîte

Commentaires