Entrevue | Geneviève Racette

Entrevue par Stéphanie Lagüe
Crédit photo: Facebook


Geneviève Racette est une jeune auteure-compositrice-interprète qui lancera son EP le mercredi 14 mai prochain au Théâtre Ste-Catherine à Montréal. Afin d’en savoir un peu plus sur elle, Petite Boîte a eu la chance de piquer une petite jasette avec elle!

Petite Boîte : Pourquoi Geneviève Racette aime tant le métier de chanteuse et veut tant être chanteuse?

Geneviève Racette : J’ai toujours chanté dans ma vie, depuis que je suis enfant, bébé même. Il y a toujours eu de la musique chez moi. Mes deux parents sont musiciens et j’ai toujours trippé. Pour moi c’était clair, je n’ai jamais voulu être infirmière, être vétérinaire ou princesse comme les autres petites filles. Moi, je voulais être CHANTEUSE! C’est assez simple, je n’ai juste jamais lâché et je ne vais jamais lâcher. La musique ça me fait trippé et c’est ça qu’il faut faire, il faut faire ce que l’on aime.

P.B. : Tu joues de la guitare, est-ce que tu as appris par toi-même ou ce sont tes parents qui te l’ont appris?

G.R. : Je l’ai appris par moi-même lorsque j’étais ado. J’avais reçu une guitare pour Noël et j’étais un peu en crise d’adolescence (rires) alors je m’enfermait dans ma chambre et j’apprenais pleins de chansons d’Avril Lavigne. J’apprenais tout cela toute seule. Alors c’est comme cela que j’ai commencé.

P.B. Nous avons entendu parler de toi parce que tu fais partie du groupe « Les Gourmandes », puisque tu as fait le Festival de la chanson de Granby et tu as été aussi lauréate à Cégep en spectacle avec eux. Pourquoi as-tu décidé de te lancer seule pour la suite?

G.R. : J’ai toujours voulu me lancer seule. « Les Gourmandes » sont un peu arrivé comme par hasard. Elles m’ont demandé de faire partie du groupe et j’étais super contente. Jamais je n’aurais pu avoir une belle opportunité comme celle-là, mais mon rêve à moi a toujours été de faire ma musique, mes compositions. En musique, il n’y a rien qui nous empêche de faire plusieurs projets et moi, je crois fermement que je peux faire les deux pendant un long bout, jusqu’à temps que nous arrivons à un certain point où nous ne pourrons plus. Nous verrons rendu là.

P.B. : Est-ce que tu as des projets pour « Les Gourmandes » qui s’en viennent aussi ou c’est seulement des projets pour toi seule pour l’instant?

G.R. : Pour l’instant, je fais vraiment les deux. C’est sûr que depuis quelques mois avec le lancement je me concentre beaucoup sur mon projet, mais je mets autant d’énergie dans les deux. Je ne suis plus aux études, j’ai mon travail alors je peux mettre autant d’énergie dans « Les Gourmandes » que dans mon projet. Avec « Les Gourmandes » nous allons bientôt enregistrer un album, nous sommes en train de réfléchir à tout cela pour cet été. Pour moi, c’est certain que je continue de pousser le plus possible. Je veux faire pleins de spectacles, faire le plus de trucs possibles.

P.B. : Selon plusieurs personnes ton style musical est le confort pop ou folk douillet , selon toi quel est ton style musical et pourquoi?

G.R. : Je crois que c’est du pop-folk douillet parce que c’est un peu une musique réconfortante. On m’a souvent dit que ma voix était réconfortante, mes chansons. J’ai quand même des chansons très imagées aussi. Juste les titres comme Bricolage , le Manteau , Multicolore …j’aime ça écrire des chansons vraiment imagées en utilisant des images très simples pour raconter des histoires.

P.B. : Tu composes tes chansons et les arrangements musicaux, dans quel émotion aimes-tu le plus composer?

G.R. : J’avoue que je suis un peu quétaine et que j’écris beaucoup de chansons d’amour. Récemment, j’ai commencé à écrire des chansons plus nostalgiques. Ce sont des vraies émotions et c’est vraiment des histoires qui me sont arrivées et ce sont des choses que je ressens pour vrai. Jamais j’invente dans mes chansons, c’est toujours vrai.


P.B. : As-tu dû choisir des chansons pour ton EP?

G.R. : Pour moi, ça a été facile de trier puisque j’ai choisi les quatre chansons que je préfères dans mes compositions et celles que j’aime le plus faire en spectacle. Je me suis dis « On va y aller avec celles que je suis déjà prêtes à enregistrer dans ma tête »

P.B. : Tu as fait une levée de fond pour t’aider avec la création de ton EP, comment as-tu eu cette idée-là?

G.R. : Je voulais vraiment enregistrer un EP et je n’avais pas d’argent (rires). Je me suis dit « comment est-ce que je ferais pour embarquer le monde? ». Puis là, j’ai vu sur internet quelques amis qui faisaient des projets semblables et je me suis dit pourquoi pas, je vais l’essayer. J’ai mis un montant de 3 000$. Pour moi, c’était un gros montant et je ne pensais jamais ramasser 3 000$. Finalement, j’ai dépassé le 3 000$. J’ai amassé 3 200$! J’étais tellement impressionnée et reconnaissante de voir que les gens veulent encourager la musique émergente à ce point là et qu’ils sont prêts à aider des artistes à faire un projet comme celui-là. C’est vraiment cool!

P.B. : Ta levée de fonds, est-ce qu’elle a débouchée par les réseaux sociaux ou le bouche à oreilles?

G.R. : Je pense que c’est vraiment le bouche-à-oreille. Puisque j’ai eu vraiment beaucoup d’aide de ma famille et mes amis. Ils ont partagé sur le Facebook, au travail, à n’importe qui etc… Même moi à mon travail j’en parle à tout le monde. Je voulais vraiment atteindre mon but. Je voulais pouvoir faire mon EP.

P.B. : Avec ton 3 200$ que tu as amassé, tu as pu faire ton EP! Qu’as-tu fait d’autre avec ce montant?

G.R. : Juste imprimer des CD ça coute cher et moi j’y tenais aux CD physiques. Je sais que ce n’est plus réellement la mode, mais pour moi c’est un trip, c’est beau et je suis sure que le monde va vouloir l’acheter s’il est beau. Il y a aussi le temps de studio. J’ai enregistré avec mon ami Jean-Pierre Lou qui fait partie d’un groupe qui s’appelle « Summerland » et je travaille avec lui depuis très longtemps. Je trouvais cela important de lui payer un cachet. Sinon, j’ai embauché un directeur artistique pour mon lancement afin de m’aider avec tout cela. Le 3 000$ contient le lancement aussi.


P.B. : Justement, à quoi peut-on s’attendre à ton lancement?

G.R. : Je ne peux pas trop en dire puisqu’il va y avoir des belles surprises, mais ça va être coloré, il va y avoir des petites gâteries et nous allons avoir bien du fun! La musique va être bonne puisque mes musiciens sont vraiment bons (rires).

P.B. : Puis pour les gens qui hésitent encore à venir à ton lancement ou qui ne te connaissent pas qu’as-tu à leur dire?

G.R. : Je leur dirais viens donc découvrir une artiste émergente, une fille en plus... c’est cool! Je vais te donner des petites gâteries si tu viens au lancement (rires). Mais sérieusement ça va être très plaisant et c’est une belle chance de découvrir ma musique et si tu veux me découvrir, je crois que c’est le temps.


Merci à Geneviève Racette d’avoir pris le temps de répondre à nos questions.

Le lancement aura lieu le 14 mai 2014 à 19h30 au Théâtre Ste-Catherine à Montréal. Vous pouvez vous procurer des billets au coût de 8$ chacun. http://theatresaintecatherine.com/fr/billetterie






À suivre Petite Boîte au lancement et la critique du EP!

Commentaires