L'insomnie de Molly Bloom



Article par Mathieu Caron
Crédit photos: Jean-Francois Hétu

« Je voudrais qu'il soit ici, ou quelqu'un d'autre, pour me laisser aller avec et jouir encore comme ça. Je me sens toute en feu à l'intérieur.»


C'est avec Molly Bloom que L'Espace Go termine en force sa saison de théâtre entièrement dédiée aux femmes. Dans ce monologue d'une heure trente, Anne-Marie Cadieux livre une performance incroyable. Une tonne de textes, livrée avec justesse, sans accrochages et surtout avec humour. Impossible de la déconcentrer, même avec un cellulaire qui sonne dans la salle (bienvenue en 2014...).

«C'est un miracle que je ne sois pas déjà ratatinée avant mon temps. À force de vivre avec lui tout sec tout froid qui ne m’embrasse jamais. Sauf en dormant au milieu de la nuit quand il se met à me caresser le mauvais bout. La plupart du temps sans même savoir c'est à qui le bout!»

En pleine nuit, Molly Bloom ne dort pas. Dans son lit, son mari dort. Dans ce même lit, elle l'a trompé. Incapable de dormir, elle se perd dans ses pensées où s'entremêlent confidences et désirs érotiques. Elle pense à son amant Boylan, à son mari, à l'amour, à son corps, à sa beauté, sa carrière, son enfance, son passé, bref toutes les choses qui passent dans la tête d'une femme en pleine nuit.

Tous se reconnaitront dans cette pièce écrite par James Joyce (d'après le monologue de son roman Ulysse ), adaptée parfaitement par Jean Marc Dalpé et mise en scène par Brigitte Heantjens.


Une sortie idéale pour une soirée de filles ou pour les hommes curieux de découvrir ce que les femmes pensent réellement.

Après tout, qui n'a jamais souffert d'insomnie?

Molly Bloom à l'Espace Go jusqu'au 31 mai 2014. Pour plus d'informations, visitez www.espacego.com


Commentaires