Musique: Le Québec de Charlebois à Arcade fire, mais...

Article par Martine Boucher
Photos par Mathieu Caron

Mercredi le 28 mai dernier, avait lieu le dévoilement de l'exposition Musique: Le Québec de Charlebois à Arcade Fire au Musée McCord de Montréal. Pour l'occasion, des monuments de la musique Québécoise s'étaient déplacés pour venir revivre la chanson Québécoise à travers les époques. L'exposition présentée par Sony et Ici Radio-canada musique, en collaboration avec Le Lait, propose une visite multi-sensorielle, puisque celle-ci s'effectue avec des écouteurs. Tout au long de la visite, vous pourrez entendre les pièces qui ont marquées l'industrie musicale du Québec, du yaya au hip-hop.

En débutant par les années 60 et voyageant jusqu'à aujourd'hui, le Musée McCord invite les visiteurs à découvrir de quelle façon les artistes et artisans de la scène musicale ont contribués à de multiples revendications et avancées sociales, tout en faisant la promotion de la langue et de la culture via leurs chansons, leurs costumes et leurs spectacles. ''Du rock à la musique du monde en passant par le yéyé et le disco, les artistes participent à l'affirmation des peuples et des groupes sociaux.''
Des dizaines d’artistes ont offert au musée certains de leurs costumes de scène. En passant par la robe que portait Céline Dion en 2008, lors de son passage sur les plaines d'Abraham, par une des nombreuses robes extravagantes que possède Diane Dufresne, par les fameuses lunettes que portait le regretté André ''Dédé'' Fortin, par les tenues de Rufus Wainwright, de Dubmatique, de Pierre Lapointe, pour ne nommer que ceux-là. Et comment ne pas parler de la vitrine de guitares acoustiques et électriques, qui permet d'admirer les instruments de Richard Séguin, Vovoid, Jérôme Charlebois, Daniel Bélanger, André «Dédé» Fortin, Louis-Jean Cormier et de nombreux autres... Un seul mot: impressionnant!

Mais...

Une exposition qui remonte le temps et met en valeur la musique Québécoise... Enfin! Quelle bonne idée! Remonter le temps c'est bien, mais que fait-on du présent? L'exposition offre un incroyable retour en arrière, toutefois la chanson de notre époque, celle du nouveau millénaire y est laissée pour compte. Où sont les Marie-Mai, les Lisa Leblanc, les Karim Ouellet et les Vallières de ce monde?

Une réalité au Québec a également marquée l'industrie du disques, je parle bien-sûr des concours du type Star Académie qui a travers de nombreuses années, on permis aux Québécois de découvrir de nouveaux talents... Une mode? Une pratique mitigée? Peut-être, mais cela reste un incontournable de l'industrie musicale qu'on ne retrouve pas dans l'exposition.

Pour Luc Plamondon, qui était présent, c'est surtout le titre de l'exposition qui lui déplaît. ''J'aimerais qu'on dise un musée sur la chanson. Je n'entends personne parler des paroles! Nous les auteurs, on est où là-dedans? La chanson Québécoise repose sur les textes...'' L'auteur qui n'avait pas encore visiter l'exposition, a ajouté: ''C'est seulement l'affiche qui me dérange, parce qu'il semblerait que dans l'exposition,  il y ait de la place pour les auteurs, heureusement!.''

Bref, une exposition qui saura plaire à plusieurs, mais qui en laissera quelques-uns sur leur faim!


L'exposition Musique: Le Québec de Charlebois à Arcade Fire sera présentée au Musée McCord du 30 mai au 13 octobre. Pour acheter vos billets d'avance et éviter la file, visitez le site d'achat en ligne . Et pour plus d'informations sur l'exposition ou sur la programmation du Musée, cliquez ici !



Commentaires