Entrevue | Émily Bégin au théâtre cet été

Entrevue par Mathieu Caron
Crédit photo: Conception graphique SPI Communications
Présente dans le milieu culturel Québécois depuis plus de 10 ans, Emily Bégin a su se tailler une place importante dans l’industrie, que ce soit en tant que chanteuse, comédienne où dans de nombreuses comédies musicales auxquelles elle a eu la chance de participer. Cet été, elle sera en vedette dans la comédie C’est pas un cadeau présentée au Théâtre d’été des Hirondelles. Petite Boite a eu la chance de s’entretenir avec elle, quelques jours avant la première.
Petite Boite : Dans C’est pas un cadeau, tu incarnes Flo, parles-moi de ton personnage, est-ce que tu lui ressembles un peu ou c’est très loin de ta personnalité?
Emily Bégin : C’est quand même près de moi, mais par contre elle n’a pas de zone grise. Avec Flo, c’est noir ou c’est blanc. Elle a surtout plus de caractère que moi comme lorsqu’elle se chicane avec sa mère. C’est sûr qu’on a un peu de ressemblance, car c’est une fille très dynamique, mais je dirais qu'on est quand même différente.
P.B : Sur internet, on peut voir une vidéo de votre première lecture en groupe. À la fin, François Chénier, qui fait la mise en scène du spectacle, dit qu’il sent qu’il va devoir faire beaucoup plus de discipline que de mise en scène, car vous avez beaucoup de plaisir. Finalement à quelques semaines de la première, qu’est-ce qu’il a fait? De la discipline ou de la mise en scène? (Rires)
Emily : C’est sûr qu’on aime tous s’amuser, mais on est une très belle équipe et on est quand même assez professionnel. J’ai découvert que François Chénier est quelqu’un de très perfectionniste, un côté de lui je ne pensais pas. Il est très précis aussi dans sa façon de voir les choses et de ce qu’il veut. Par exemple, la semaine dernière, il m’a fait reprendre la même scène trois fois, mais avec trois façons de jouer différentes afin de vraiment trouver la bonne façon de livrer le texte. C'est sûr que ce n’est pas comme travailler avec Denise Filiatrault, mais j’adore travailler avec plusieurs gens, voir leur façon de faire et j’apprends toujours beaucoup à chaque fois.
P.B : Depuis plusieurs années, tu fais surtout des comédies musicales et c’est seulement ta deuxième expérience comme comédienne de théâtre d’été, est-ce que c’est difficile pour toi de jouer sans avoir à chanter et danser? Est-ce qu’il ne manque pas quelque chose?
Emily : (Rires) C’est vrai que le switch ne s’est pas encore fait pour le public, pour la plupart des gens je suis une chanteuse avant tout et c’est normal parce que j’ai commencé comme ça, mais en même temps j’adore le jeu. Avec C’est pas un cadeau, c’est sûr que c’est très différent et on est très loin de Cabaret ou des autres comédies musicales que j’ai faites dans le passé, mais justement j’aime ça. Par contre, comme Sylvie boucher (qui a déjà fait Starmania ou Demain matin Montréal m’attend) est aussi avec moi dans la pièce et qu’en plus elle chante très bien, la production s’est dit qu’il n’avait pas le choix de mettre de la danse quelque part et un peu de musique, mais pas beaucoup. Éventuellement, j’aimerais ça faire un rôle où il n’y en aura pas du tout. J’aime la musique, mais j’aimerais un jour avoir un rôle et me concentrer uniquement sur le jeu, pas de chanson ni de danse.
P.B : Parlant de musique, est-ce qu’éventuellement tu prévois un retour dans la chanson? As-tu un prochain album en route?
Emily : Mon dernier album est sorti en 2011 et oui c’est sûr que j’ai souvent des envies de me concentrer uniquement sur la musique et souvent je me dis «OK, cet automne je veux un nouveau single! », mais de là à me lancer dans un projet d’album complet, je ne pense pas. Je crois que je vais lancer seulement des singles (ou peut-être, faire un EP), mais plus d’albums complets. Même si je suis la première à adorer travailler sur le concept de ma pochette lorsque je fais un album, je sais que maintenant l’industrie de la musique a changé et est un peu plus difficile et que la plupart des gens achètent leurs chansons que sur iTunes, même moi. Idéalement, j’aimerais lancer un single avant les fêtes. Je travaille présentement avec une amie, Gaëlle, sur les textes et j’aimerais faire quelque chose de très électro-pop, un peu comme Stromae. Son dernier album «Racine carrée» est un gros coup de cœur.
P.B : Est-ce qu’il y a des artistes avec lesquels tu aimerais travailler?
Emily : J’aimerais travailler avec des artistes comme Marie-Pierre Arthur, Alex Nevsky ou Louis-Jean Cormier, même si c’est loin du son de ce que je veux faire, j’adore leurs textes et leur énergie sur scène. C’est surtout des artistes comme ça qui m’inspirent.
P.B : «Légende urbaine» ton premier album fête ses 10 ans cette année, le réalises-tu?
Emily : C’est vrai, 10 ans cette année, Incroyable! D’ailleurs, il faudrait peut-être que je la remixe cette chanson-là (rires)
P.B : Depuis quelques années tu participes aux festivités de la fierté gaie avec ton spectacle «La nuit D’Emily», est-ce que tu vas le faire encore une fois cet été?
Emily : On me l'a proposé, car je le fais depuis 4 ans, mais malheureusement je ne peux pas le faire parce que je suis au théâtre, mais par contre, dès cet automne, j’aimerais refaire «Les nuits d’Emily» que je faisais avant au Cabaret Mado, mais cette fois dans une salle de spectacle à Montréal, comme d’habitude avec plusieurs artistes, etc. J’aimerais idéalement faire ça en octobre.

P.B : Parlant de musique, qu’est-ce qu’on retrouve dans le iPod d’Emily Bégin?
Emily : Dans mon iPod c’est temps si, je dirais que c’est surtout de la vieille musique Québécoise, comme Marjo, par exemple, parce que je suis dans les préparations du spectacle de la St-Jean Baptiste qui aura lieu le 23 juin dans Hochelaga  avec plusieurs artistes. Mais sinon, si je peux en profiter pour plugger un groupe que j'adore et qui vient de sortir un album, c’est The Franklin Electric, c’est très folk et c’est de la musique que j’écoute surtout lorsque je m’installe à l’ordinateur pour faire mes choses. Je les adore! Mais sinon, je suis quelqu’un d’assez éclectique musicalement. J’ai plusieurs listes de lectures dans mon iPod. Exemple, au gym, je peux facilement passer de Lady Gaga à Katy Perry, Cœur de pirate ou Stromae, etc. 

P.B : En terminant, en avril dernier on pouvait lire que tu travaillais sur un projet business qui mêlait énergie et santé, mais tu ne pouvais pas trop en parler. Deux mois plus tard, est-ce que tu peux nous en parler?

Emily : (Rires) Je ne peux pas trop en dire parce que c’est le genre de projet où tu en parles et quelqu’un pourrait prendre l’idée et le faire. Mais c’est davantage un projet qu’une entreprise.


Emily sera de la distribution de la comédie C’est pas un cadeau au côté de Sylvie Boucher, Jean L’Italien, Guillaume Perreault et Francis Vachon sur la scène du Théâtre des Hirondelles, situé à St-Mathieu-De-Beloeil du 12 juin au 30 août. 
Pour acheter vos billets, visitez le www.theatredeshirondelles.com

Commentaires