Entrevue | François Chénier présente C'est pas un cadeau

Entrevue par Mathieu Caron
Crédit Photo: 
Conception graphique SPI Communications

Présent depuis plus de 25 ans, François Chénier a multiplié les rôles à la télévision, au cinéma et au théâtre. Cet été, il signe la mise en scène de la pièce C'est pas un cadeau présentée au Théâtre des Hirondelles. Petite Boite a eu la chance de s'entretenir avec lui, quelques jours avant la première.
Petite Boite: Dans tes mots, qu'est-ce que la pièce raconte?
François Chénier: C'est l'histoire d'un couple, mais surtout d'André, qui est sur le bord de prendre sa retraite et qui pense qu'il va se reposer, mais sa femme va lui faire toute une surprise parce qu'elle a des projets pour lui, ce qu'elle appelle un cadeau, parce qu'en fait elle a des projets de rénovations pour lui. Il aime bien ça, mais ce qu'il ne sait pas c'est que le hasard a fait en sorte qu'un jeune qui l'énerve au bureau va se retrouver dans ce projet-là. C'est une grosse confrontation de génération. C'est vraiment ça le plus gros de l'histoire, une guerre générationnelle. Le public qui a l'habitude de venir au Théâtre des Hirondelles va se retrouver là-dedans, aucun doute.
P.B: Tu signes la mise en scène de cette pièce, malheureusement tu ne joues pas dedans, tu as laissé ça à d'autres, mais ça fait plusieurs années que tu fais de la mise en scène, est-ce que tu réalises avec les années que tu préfères davantage faire de la mise en scène ou au contraire tu aimerais jouer davantage?
F.C: En ce moment, j'aime bien l'équilibre que j'ai entre les deux, c’est-à-dire que comme je fais aussi de la direction artistique au Théâtre des Hirondelles ça me permet surtout de choisir entre l'écriture, la mise en scène et le jeu à chaque année, et tu vois cette année, j'ai fait l'adaptation et la mise en scène et je trouve que c'est assez et j'ai joué l'année dernière, j'essaie d'alterner, mais c'est vraiment une chance que j'ai par exemple, j'en suis bien conscient, mais avec Ladies Night ça me permet d'être actif sur scène une bonne partie de l'année.
PB: Au mois de novembre, sur internet, on a pu voir une vidéo lorsque vous avez fait votre première lecture de groupe et à la fin du vidéo tu dis que tu sens que tu vas devoir faire davantage de discipline que de mise en scène. Finalement, à quelques jours de la première, as-tu fait de la discipline ou de la mise en scène? (Rires)
F.C: (Rires) J'ai fait surtout de la mise en scène, mais en fait je n’ai pas fait beaucoup de discipline, c'est tous des amis avec qui je travaille, mais parfois ça prend quelqu'un pour ramener à l'ordre parce que sinon ont a juste trop de fun, mais ce n’est pas vraiment de la discipline comme si on s'éloigne du texte parce que moi je travaille toujours en collégialité avec les comédiens qui ont le droit de proposer pas mal se qu'ils veulent. Moi, mon rôle, c'est de surveiller que tout reste quand même assez fidèle à ce qui a été écrit.
P.B: Tantôt, tu parlais de Ladies Night, après plus de 500 représentations et la télé au travers de ça, le cinéma, plein de choses en même temps, comment tu fais pour assimiler autant de textes? Est-ce qu'il y a des soirs où vraiment t’as des blancs et tu ne sais plus quel personnage tu joues?
F.C: (Rires) Dans le cas de Ladies Night non, après 500 représentations ça revient assez rapidement, mais quand je fais deux affaires en même temps comme l'année dernière je jouais au théâtre au Théâtre des Hirondelles, en même temps je faisais Ladies Night et j'avais aussi une émission jeunesse à Télé-Québec (Subito texto) et là oui les textes se mélangeaient dans ma tête, c'est surtout avec l'âge que ça commence à avoir de la misère à entrer, disons que c'est un défi supplémentaire.
P.B: Et comme tu me parles de série jeunesse, je ne peux pas ne pas en parler de Radio-Enfer, c'est sûr que tu t'en fais parler a tout les jours?
F.C: Oui, tous les jours, c'est l'affaire que je me fais parler le plus, aucun doute!
P.B: Mais parfois justement es-tu tanné de ça?
F.C: Non, parce que c'est une émission que j'aime. Si c'était un petit rôle que j'avais fais dans ma vie là peut-être que je serais tanné, mais Radio-Enfer je ne suis assurément pas tanné, c'est surement le plus beau projet auquel j'ai participé. Et ce qui est encore plus agréable c'est qui a des jeunes qui m'en parle et pourtant ça fait 20 ans, mais à cause des coffrets DVD en vente et les rediffusions, il y a toute une nouvelle génération qui découvre cette émission-là et qui ne se rend même pas compte que le linge est même plus à la mode. Cette émission-là avait vraiment quelque chose, surtout les quatre premières années, c'était vraiment magique. Je ne me tannerai jamais d'en entendre parler, ça c'est sûr!
P.B: En lisant là-dessus justement, on se rend compte que sur les réseaux sociaux il existe plusieurs groupes qui demandent une suite, une réunion, etc. En as-tu déjà entendu parler? Est-ce que ça serait quelque chose de possible?
F.C: Il y a déjà eu un projet de suite et la moitié de la gang a dit non, mais c'est sûr qu'on le ferait peut-être pour une émission spéciale (comme La Petite Vie).Ça serait super drôle, mais en même temps on ne pourra jamais retrouver l'esprit qu'il y avait dans le temps quand on avait 20 ans. Même qu'il avait déjà eu un projet de Radio-Enfer 2.0 avec complètement un autre casting de jeune et peut-être que parfois certains personnages seraient revenus comme professeur ou directeur, etc. Mais en même temps, quand la première série a été un succès comme ça, peut-être mieux de ne pas y toucher..
P.B: Parlant aussi de projet futur, je vais essayer d'aller chercher un Scoop! Depuis quelques années, Fabienne Larouche tease beaucoup sur les réseaux sociaux comme quoi elle prépare Fortier: Le film, toi en as-tu entendu parlé?
F.C: Oui, ça fait longtemps que j'en ai entendu parler! Tu n'auras pas de scoop de ma part parce que je pensais que c'était un projet qui était abandonné.. Mais moi, c'est sûr que si ça avait lieu, ce serait une super bonne nouvelle, parce que Fabienne m'en a parlé il y a peut-être deux ans, mais je sais que ça fait longtemps qu'elle veut le faire! Je le ferais, aucun doute, j'ai tellement tripé!
P.B: En parlant de projet futur, tout de suite après C'est pas un cadeau tu vas plancher sur Maudite Job! avec Mathieu Gratton et cette fois en plus de faire la mise en scène, tu vas jouer dedans. Est-ce que tu peux nous parler un peu de cette pièce-là?
F.C: Oui, c'est un super texte de Mathieu Gratton, c'est un show d'humour que Mathieu voulait faire à deux comédiens, j'ai été approché à la base pour la mise en scène, j'ai adoré ça, j'ai cherché un autre comédien, mais c'était très compliqué au niveau des horaires et ce n’est pas tout le monde qui étaient prêt à jouer là-dedans alors finalement Mathieu m'a dit "Mais pourquoi tu ne le fais pas?", j'y ai pensé et comme j'aime beaucoup le texte, j'ai décidé d'embarquer. On commence le rodage à la fin de l'été.
P.B: Est-ce qu'il y a d'autres projets suite à ça? Parce que là je constate que c'est les uns après les autres alors j'imagine que t’as peut-être d'autres projets après ça?
Honnêtement, pas vraiment. On a des dates de Ladies Night jusqu'en 2016, il y a aussi Subito Texto à Télé-Québec alors ça m'occupe en masse, pour l'instant j'en suis là, en plus de Maudite Job! qu'on va jouer aussi jusqu'en 2016 alors il n'y a pas d'autre projet à part Fortier: Le film (Rires)
La pièce C'est pas un cadeau mettant en vedette Sylvie Boucher, Emily Begin, Jean L'Italien, Guillaume Perreault et Françis Vachon sera présentée du 12 juin au 30 août au Théâtre des Hirondelles à St-Mathieu-de-Beloeil. Pour acheter vos billets, visitez le www.theatredeshirondelles.com

Maudite Job! sera de passage à Montréal, au Cabaret du Lion d’or, les 23 et 24 septembre 2014, après des arrêts à Ste-Martine et à Québec. Pour plus d’informations, visitez le www.tandem.mu/mauditejob.

Commentaires