L'Assomption | L'Auberge des morts subites une pièce à voir!



Article par Stéphanie Lagûe
Crédit photo: lacomediehumaine.ca


Jeudi dernier avait lieu le lancement de la pièce de théâtre L’Auberge des morts subites au Théâtre Hector-Charland à L’Assomption. Petite Boîte a eu la chance d'y assister et voici notre résumé.

L’Auberge des morts subites est une comédie écrite par Félix Leclerc et présentée pour la première fois en janvier 1963. Celui-ci l’avait écrite pour mettre en scène des personnages stéréotypés par le matérialisme des comportements humains. Comme Monsieur Leclerc a été inscrit comme un personnage historique au registre du patrimoine culturel du Québec cette année, ils ont décidé de ramener la pièce pour l’été.

En première partie, nous avons eu droit au spectacle de Stéphan Côté, un des comédiens de la pièce, chantant le répertoire de Félix Leclerc. Vin et chocolats étaient servis, de même qu’une exposition en mots et en images du parcours socioculturel de celui-ci y était présentée.

L'Auberge des morts subites raconte l’histoire d'une artiste prétentieuse, d'un homme d’affaires de Toronto, d'un français poète et d'un campagnard avare, qui sont morts et qui arrivent dans une auberge à mi-chemin entre le ciel et l’enfer. Arrivés à celle-ci, Céleste (le directeur) et Amédée (portier et ancien humain) doivent les déshumaniser pour accéder au paradis. Naturellement, afin d’y arriver ils doivent obtenir l’aide d’Ange-Aimée, un ange très «sexy». Le diable essaiera par tous les moyens d’avoir l’âme d’un d’entre eux et aidera les humains à humaniser Céleste et Amédée afin de retourner sur la terre. Les humains réussiront-ils à les humaniser? À vous de le découvrir en allant voir la pièce.

La pièce de théâtre a été mise en scène par Michèle Deslauriers qui l’a très bien adaptée à notre temps avec des accessoires et des termes que nous utilisons présentement. L’auberge des morts subites propose une très belle distribution composée de Chantal Baril, Gary Boudreault, Robert Brouillette, Stéphan Côté, Pierre Gendron, André Lacoste, Jean Maheux et Anie Pascale.

Du début à la fin, nous rions et ne pouvons qu’être détendus par la légèreté de celle-ci. Il y a beaucoup de rythme, de blagues, d’effets spéciaux et il y a même des extraits de chants et de danse.

Nous vous recommandons cette pièce sans hésiter.

Elle sera présentée au théâtre Hector-Charland jusqu’au 28 juin prochain.

Pour obtenir des billets, c’est ici!

Commentaires