Blackburn Podcast: Un projet pour briser les barrières

Entrevue par Martine Boucher
Photo par (1) Pascale Lecomte - 
Prise au resto-bar L'escalier
(2) Lily Bennett Scharf


De gauche à droite: Chantal Paquin coproductrice - Pierre Blackburn animateur - Éric Mailhot producteur

Les podcasts ont fait leur entrée au Québec depuis tout récemment. Le phénomène très répandu aux États-Unis est en fait un moyen de diffusion audio ou vidéo via le net. Petite Boîte a eu l'immense chance de s'entretenir avec l'animateur et le producteur d'un projet podcast qui a vu le jour il y a quelques mois et qui a pour but d'être un agent de changement social. Blackburn podcast s'inscrit dans la lignée des projets occupy (wall-street...) ou par exemple du printemps érable. Pierre Blackburn et Éric Mailhot nous expliquent à travers cette entrevue, pourquoi avoir choisi le podcast et en quoi consiste exactement le concept de leur émission. Une belle façon de découvrir une nouvelle façon de faire et de connaitre des gens engagés et passionnés. 

Entrevue avec Pierre Blackburn - Animateur

Petite Boîte: Peux-tu me parler un peu de toi et de ton parcours professionnel qui t'a amené à participer à ce projet?

Pierre Blackburn: Je fais de la production et de la réalisation vidéo depuis longtemps. Je fais aussi du théâtre, je l'enseigne également et je donne des ateliers. On peut dire que je suis un artiste multidisciplinaire. En ce qui concerne le podcast, c'est Éric (producteur) qui m'a demandé de le faire. Il aimait beaucoup discuter avec moi, quand on travaillait ensemble sur les vidéos. Ça faisait environ 1 an qu'il me parlait de son projet de faire un podcast et qu'il voulait que je sois l'animateur, puis finalement ça m'a tenté, on l'a essayé et... c'est formidable! (rires) J'ai adoré ça!

P.B: Les podcasts sont relativement nouveaux, quelle est ta définition à toi d'un podcast?

Pierre: Les podcasts sont très populaires aux États-Unis, ici c'est plus récent. En fait, il y a différents types de podcast. C'est comme une émission de radio filmée. Ça peut être regardé via une application ou sur le web ou l'écouter à la radio en conduisant la voiture le matin. On peut aussi le regarde tranquille chez soi sur Youtube.

P.B: Et plus précisément, quel est le concept de Blackburn podcast?

Pierre: Moi, ce qui m'intéressait c'était de parler de changements que ce soit le changement social, humain, de croissance personnelle, l'environnement, l'économie, la politique et tout ça. Comme je te disais, il y a différents types de podcast et je n'avais pas vraiment envie de faire le genre de podcast où tu invites une vedette et que tu parles de sa vie et de ce qu'elle fait... il y en a et c'est correct, mais moi je n'avais pas envie de faire ça. Je trouvais que c'était moins mon genre. Le changement c'est intéressant, parce que même à travers le théâtre je travaille beaucoup sur l'être et je trouvais ça intéressant d'amener ça dans le podcast et qu'on regarde le changement, l'évolution, le cheminement, non pas comme quelque chose de dur, de pénible et de négatif, mais plutôt qu'on prenne le temps d'écouter de façon très positive ce que les gens ont à dire, au lieu de juger tout de suite et de dire ''moi, je ne suis pas pour ça!'' Le but est de s'ouvrir à d'autres dimensions du changement social.

P.B: Est-ce que c'est toi en tant qu'animateur qui choisis les sujets abordés dans l'émission?

Pierre: Éric me propose des choses, moi je lui dis de quoi j'aimerais parler et de quoi j'aimerais discuter avec les invités. Il me propose des invités. Il y a aussi Chantal Paquin qui fait toujours une excellente recherche, elle m'alimente beaucoup. Je décide si ça me tente ou non d'aborder certains sujets. À date, on a parlé de transsexualité femme à homme, on a parlé de croissance personnelle, d'estime de soi... Il y en a des nouveaux aussi qui sortiront, dont un sur les maisons écologiques. On va parler de gens qui ont acheté des terres et qui revendent des parcelles de ces terres-là uniquement à des gens qui construisent des maisons écologiques. Le dernier que nous avons fait c'était avec une FEMEN, Xenia qui est vraiment formidable. On a commencé au mois de septembre avec des petits moyens, et c'est vraiment une belle aventure, alors on a décidé de continuer.

P.B: Depuis le début de l'émission, es-tu satisfait des réactions du public?

Pierre: Sans vouloir être prétentieux (rires), j'ai la cote! J'ai reçu tellement de belles critiques c'est vraiment formidable! C'est très stimulant, ça donne le goût de continuer quand on sait qu'il y a des gens qui nous écoutent. Les gens aiment comment les entrevues sont faites, aiment les sujets qu'on aborde, alors ça c'est un très bon départ! Par contre, je reçois beaucoup de commentaires de gens plus âgés, alors je me demande si les jeunes prennent encore le temps d'écouter comme les gens plus âgés le font. 

Entrevue avec Éric Mailhot - Producteur

P.B: Qu'aimes-tu du podcast?

Éric: Personnellement, ce que j'aime du podcast, c'est le fait qu'il n'y ait pas de restriction au niveau du temps contrairement à ce que fais d'autres médias tels que TVA ou Radio-Canada. Tu peux faire une émission qui dure jusqu'à trois heures, c'est ce qui est intéressant avec les nouveaux médias web comme Youtube ou Itunes. De cette façon, tu peux vraiment prendre le temps de t'exprimer, d'aller au fond de tes idées, d'avoir des meilleures réponses et peut-être aborder les choses de façon un peu plus intellectuelle. Ça permet aussi d'aller dans le même sens que ce que permet les réseaux sociaux actuellement où les gens s'affirment et où on voit de nouveaux visages autres que ceux prescrit par les institutions. Avec les podcasts, on peut créer des produits qui peuvent compétitionner avec les autres médias, sans les gros budgets, le gros matériel et les grosses équipes. 

P.B: Où est diffusé Blackburn podcast? Où est-ce qu'on peut entendre vos émissions?

Éric: Nos émissions sont présentées sur Youtube pour le moment. Nous avons actuellement un pépin technologique qui nous empêche de le diffuser sur Itunes, donc on travaille à régler ça. C'est certain qu'éventuellement nos baladodiffusions pourront être téléchargées via Itunes de n'importe où, que ce soit dans un Ipad, un Iphone ou peu importe. 

P.B: Et donc par le fait même recevoir un revenu pour le projet...

Éric: Peut-être si la demande se fait sentir! Mais nous on le fait pas vraiment pour l'argent, c'est certain que tout le monde souhaite être payé, mais on le fait vraiment plus dans une vision de changement social, conjointement avec tous les projets Occupy (wall-street) ou le printemps érable par exemple. Pierre et moi quand on discute, on parle beaucoup de société, de religion et d'environnement. C'est sûr que notre idée derrière ça, c'est de nous faire connaitre et de contribuer à ce mouvement qui est en branle depuis le crash économique aux États-Unis vers les années 2008. 


P.B: Et quel est le concept exact du Blackburn Podcast?

Éric: À la base, c'est vraiment de contribuer aux changements positifs de la société, à travers des discussions avec des gens qui sont engagés et qui veulent contribuer. Le podcast permet de faire une formule qui sort de l'animateur qui pose une question à un invité et qui veut une réponse dans un temps limité. C'est plus comme un débat ou un entretien, qu'une entrevue. Il va vraiment  y avoir un échange où les gens se posent des questions sur la société; Qu'est-ce qui se passe? Pourquoi ça se passe? C'est quoi les nouvelles technologies? C'est quoi les nouvelles tendances psychologiques/ intellectuelles? Qu'est-ce qu'on peut faire pour les appliquer? Étant donné que nous sommes en podcast, on peut aussi sauter d'un sujet à l'autre comme on n'a pas de limite de temps.

P.B: Qu'est-ce qui t'a poussé à choisir Pierre pour l'animation?

Éric: Quand j'ai rencontré Pierre, on avait en commun les projets qu'on faisait, c'était tous des projets engagés par exemple avec les communautés LGBT. Pierre a la gueule de l'emploi, il a une belle voix radiophonique et l'intelligence, je voulais absolument qu'on fasse quelque chose ensemble. Je me suis dit que j'étais tombé sur une mine d'or avec Pierre, je me demandais pourquoi personne n'était venue le chercher avant. (rires) Ça a pris quelques mois mais j'ai réussi à y vendre le projet. Il fallait absolument qu'il soit devant le micro! C'est un charme de travailler avec lui!

P.B: Quels sont les sujets qui ont été abordés jusqu'à présent?

Éric: La première émission qui durait un peu plus d'une heure parlait de transsexualité à travers des intervenants différents. La seconde émission portait sur un conférencier (activateur de potentiel) qui s'appelle François lemay. Par la suite, on a fait une émission avec le comédien-auteur-conférencier Martin Larocque. Lui et Pierre ont vraiment cliqué, c'était vraiment un bel épisode. Ils ont eu vraiment des discussions profondes, les deux étaient au bord des larmes. On a aussi parlé de la maison de pneus en Mauricie. On a vraiment hâte de diffuser cette émission. On a également rencontré Xenia Chernyshova la porte-parole de Femen Québec la semaine dernière. Donc, de fil en aiguille ça se construit et on est très emballés. 

P.B: À quelle fréquence sont diffusées vos émissions?

Éric: Pour une raison de budget, on n'a pas vraiment d'échéancier. Les gens verront passer nos émissions sur notre page Facebook. Ils peuvent aussi s'abonner au Balckburn Podcast via Youtube ou Twitter. 


Pour voir toutes les émissions, 
visitez la page youtube de Blackburn podcast, ici!
visitez la page Facebook de Blackburn podcast, ici!
visitez la page Twitter de Blackburn podcast, ici!







Commentaires

  1. Content d'avoir passé l'entrevue et de lire cet article de Martine Boucher. Superbes photos de Pascale Lecompte et Lily Bennett Scharf!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Veuillez noter que tout commentaire blessant, harcelant ou visant personnellement un artiste peut se voir supprimé sans préavis.

Merci!