Bobby Bazini : un chanteur impressionnant

Article et photos par Marie-Laurence Marleau

On ne peut réaliser l’ampleur du phénomène Bobby Bazini sans avoir assisté à un de ses spectacles. On peut aimer la voix unique du chanteur, sa vieille âme, mais le voir sur scène nous fait réaliser à quel point il est à sa place et qu’il a tout pour avoir une grande carrière musicale. Le Bobby Bazini qui était présent au Club Soda mardi soir avait tout pour impressionner : un charme incontesté, une belle maturité – autant sur le plan vocal que personnel – et une salle comble! Il avait tout pour lui et il a su nous en faire profiter à merveille.

Bien qu’il puisse parfois paraître timide, c'est une toute autre chose sur scène. Au contraire, il est sur son X et la scène constitue pour lui une deuxième maison, tant et si bien qu’il y a amené son tapis de salon, afin de se sentir encore plus chez lui. Depuis la parution de son premier album, Better in Time, en 2010, le chanteur a acquis une belle maturité et une belle assurance. Il a développé ses capacités d’interprète et réussit maintenant à s’approprier la scène et à se donner corps et âme à chaque prestation. Nous n’avons qu’à penser aux très belles pièces Take me home, There Ain’t No Words, Worried Again et I’m gonna be your man, qu’il interprète comme si sa vie en dépendait. Il chante, joue de guitare, de la basse et danse au rythme de chacune de ses chansons. Amenez-en des défis, il est capable d’en prendre! Et surtout, il a le potentiel.

En collaborant avec Larry Klein à la conception de son second album, Where I Belong, Bobby Bazini a pu élargir son répertoire et son étendue vocale. Après le country-folk du premier album, nous avons pu entendre son côté un peu plus soul lors de ce spectacle, notamment avec les chansons Cherish our love, Down On My Knees et  Bubblegum. Il a également repris les meilleures chansons de son premier album, dont I Wonder, Turn me on et sa préférée, Morning Comes.

Si au fil des années, Bobby Bazini, a réussi à nous faire prendre goût à sa musique, c’est aussi en raison de ce qu’il est devenu comme artiste. Il écrit et compose aussi bien qu’il chante et nous fait sentir comme chez nous à chaque fois qu’on l’écoute.

Pour assurer la première partie de son spectacle, le chanteur de 25 ans a choisi de miser sur le groupe 3G Hamony, composé de Gaëlle, Goreth et Genika Jonathas, toutes trois participantes à la première édition de l'émission Un air de famille, diffusée sur les ondes de Radio-Canada à l’automne 2012. Ensembles, elles ont su insuffler un vent de fraîcheur principalement constitué de gospel, de pop et de soul. Elles sont parvenues à donner le ton à cette soirée qui n’allait pas sans rappeler l’époque des cabarets.

On pourra réentendre Bobby Bazini le 2 juillet à la Salle Wilfrid-Pelletier, alors qu’il effectuera la première partie de Booker T. Jones, dans le cadre du Festival e Jazz. 

D’ici là, il est possible de suivre ses actualités en visitant son site web : www.bobbybazini.com

Commentaires