Dans le blanc des yeux de Sylvain Larocque

Article et photo par Martine Boucher

Plus de 4 ans après avoir présenté son spectacle Vu d'même , Sylvain Larocque nous revient avec son nouveau spectacle Dans le blanc des yeux. Un spectacle teinté de pessimisme, aux saveurs de règlements de comptes et d'autodérision.

Comme le dit le dicton, on n'est jamais mieux servi que par soi-même et sylvain Larocque le met définitivement en pratique lorsque vient le temps de rire de lui-même. Ouvrant le spectacle avec un numéro sur sa ''face''; face avec laquelle il ne peut pas dire ce qu'il veut, avec laquelle il fait peur même au pédophile et face qui le rend plus sympathique en courriel qu'en personne. Dans ce spectacle, il aborde aussi pendant de longues minutes son passé d'intimidé et plus tard d'intimidateur. Il prend sa revanche en répondant à ses bourreaux dans le blanc des yeux.

Rebel, Sylvain Laroque a choisi de présenter au public les gags qui n'avaient pas fait l'unanimité en réunion de production. Un numéro franchement sympathique! Plusieurs sketchs démontraient l'intelligence des propos et de l'écriture des auteurs, entre autres dans le numéro comparant la vie humaine à la vie d'une manne qui dure à peine 24 heures.

Pour la deuxième partie du spectacle, Sylvain Larocque se tourne vers des sujets plus politiques, touchant au racisme, à l'immigration et à l'environnement. Sylvain Larocque nous démontre dans cette seconde partie qu'il n'est pas si pessimiste que ça, du moins en ce qui concerne l'avenir du Québec qui est rempli de ressources et de potentiel.

C'est avec Laurent Paquin, Pierre-Bruno Rivard et Yanik De Martino que Sylvain Larocque a choisi de travailler sur ce tout nouveau spectacle. Stephane E. Roy signe pour sa part la mise en scène, alors que c'est le chanteur Dumas qui s'est chargé de la musique avec des compositions créées spécialement pour l'occasion. Mention spéciale au décor du spectacle, variés, stimulant et bien utilisé.

Comme le mentionnaient plusieurs critiques au lendemain du spectacle, plusieurs numéros ont eu du mal à faire réagir la foule. De plus, les nombreuses références à l'intimidation dont il a été victime ou à sa beauté différente, pesaient parfois sur le bouton du malaise. Somme toute, Dans le blanc des yeux reste un spectacle bien écrit, divertissant et qui nous rappelle à quel point l'humain est complexe dans sa composition et dans ses idées. Et finalement, comme le dit si bien Larocque, tout est une question d'attente... Les pessimistes seront conquis!

Pour connaitre toutes les dates de spectacle de Sylvain Larocque, cliquez ici!

Pour voir toutes nos photos de cette premiere, cliquez ici!

Commentaires