Final State met le feu aux planches du Théâtre National

Article par Karianne Falcon 
Photos par Andreanne Coggins

Retour en force pour Mathieu G. Lortie, Olivier Bibeau, Rick Pagano et Vincent Blackburn. Jeudi dernier, le quatuor Final State, originaire de Québec, a mis le cap sur le Théâtre National pour venir y présenter son deuxième opus en carrière, intitulé C’est la vie. Après deux ans de retrait de la scène pour se vouer à l’écriture et à l’enregistrement de l’album, ils n’étaient pas peu fébriles de nous dévoiler leur accomplissement, sur lequel ils ont travaillé de front avec Vega Musique. « Ça fait longtemps qu’on attendait ce soir, on est très fiers de vous présenter notre nouvel album» a confié Rick, le chanteur de la formation, aux parents, amis, fans, médias et membres de l’équipe de production qui brûlaient d’envie de les voir performer leur plus récent matériel.

Fidèles à eux-mêmes, les membres du groupe ont teinté l’ambiance de la soirée en affichant les tendances bohème, hippie et rétro pour lesquelles ils ont l’habitude d’être reconnus. Chapeau melon, veste de cuir, bandeau à la tête et petites lunettes rondes à la John Lennon étaient au rendez-vous. Pour agrémenter le spectacle, le public a eu droit à des jeux de lumière bleu, mauve, orange, rouge, rose et vert. Avec toutes ces influences vestimentaires et visuelles, on se serait cru faire un saut dans les années 1970. Et ce n’était pas un hasard, puisque le chanteur a avoué que le band s’était inspiré de la célèbre formation Oasis dans l’écriture de son deuxième album. Il a d’ailleurs profité de sa soirée de lancement pour faire un clin d’œil aux musiciens légendaires en interprétant un de leurs plus grands classiques en carrière : Champagne Supernova. Un moment magique pour ceux qui ont grandi avec la musique de Oasis!


L’album C’est la vie, sans vouloir faire de mauvais jeux de mots, se veut un hymne à la vie touchant et profond, qui montre l’évolution parcourue par le quatuor depuis ses débuts, mais qui fait aussi allusion au temps qui file, aux impérativités du quotidien et aux relations amoureuses pas toujours roses, avec des pièces telles que C’est la vie, Knocking on My Door, You and I Are the Same et le coup de cœur de Petite Boîte : The Key. Cette chanson remplit de vulnérabilité illustre à la perfection les amours difficiles qui s’effritent et nous déchirent. Ajoutée à cela la voix envoûtante, charismatique et légèrement rauque de Rick, il n’y a pas à dire ce morceau vient nous toucher jusque dans les tripes avec des paroles telles que « Don’t foget to leave the key».

Malgré qu’il aborde des sujets plus sensibles avec l’opus C’est la vie, Final State n’a rien perdu de son son pop/rock. On n’a qu’à penser à la version francophone du single Part of rain qui joue en boucle sur les chaînes radio depuis quelques semaines. Un véritable buzz! En effet, elle se situe présentement au quatrième rang des chansons les plus populaires au Québec.

Pour finir la soirée en beauté, le groupe est revenu à ses premiers amours en offrant en prestation les deux gros hits qui les ont fait connaître en 2013 : Dreaming Out Loud et Make Up Your Mind, dont la version francophone était initialement chantée en duo avec Laurence Pagé, qui s’est faite remarquer l’hiver dernier lors des auditions à l’aveugle de la Voix III.  Nulle part ailleurs on aurait vu une foule aussi en délire.


Vous pouvez vous procurer l’album C’est la vie dès maintenant sur Itunes.

Commentaires