Ariane Moffatt, éblouissante lors de son spectacle au Club Soda

Article par Kariane Falcon
Photo: Jean-Francois Leblanc
Jeudi dernier, Ariane Moffatt était de passage au Club Soda, dans le cadre de la 29e édition de Coup de cœur francophone, pour y présenter les titres de son plus récent album 22h22, paru en mars dernier.

Pour ouvrir le bal, elle y est allée de la pièce 22h22, tirée de l’opus du même titre, pour lequel elle a remporté le trophée Félix Leclerc de l’interprète féminine de l’année dimanche soir, lors du 37e Gala de l’ADISQ. En prononçant les paroles « C’est pas le hasard, c’est encore plus fort», que l’on peut entendre dans la chanson 22h22,  Ariane en a profité pour faire un retour sur la soirée de l’ADISQ en ajoutant : « On a vu ça dimanche soir». Pour ceux qui l’ignoreraient, c’est que, dimanche soir, le cadran affichait précisément 22h22 lorsqu’elle est montée sur la scène de la Salle Wilfrid-Pelletier de la Place-des-Arts pour recevoir le trophée de l’album pop de l’année pour 22h22.

Puis, le public a été transporté dans l’univers agité et tourmenté, mais ô combien envoûtant de 22h22, qui mise sur des thèmes tels que les rêves sombres et brisés, avec les pièces Tireurs fous et Rêve, cette dernière qui reflète bien à quel point l’emprise de quelqu’un sur nous peut nous changer, si bien que l’on ne se reconnaît plus. La chanteuse de 36 ans  a également fait part de l’état d’esprit dans lequel elle se trouvait lorsqu’est venu le temps de travailler à la création de l’album 22h22 à travers les mélodies de la pièce Retourner en moi. Bien qu’à saveur électro, comme l’ensemble des chansons qui se retrouvent sur le nouvel album, ou presque, cette pièce mélancolique était tout simplement un chef d’œuvre. Plongée sur scène dans le noir, excepté deux pointeurs de lumière dirigés sur elle, on ressentait bien Ariane s’isoler dans sa bulle, comme le veut l’esprit de la pièce, par sa gestuelle et les différentes vocalises qu’elle exploitait, et qui dénotaient d’une certaine fragilité. Un moment pur et magique pour les oreilles. Sur l’album figurent également des morceaux qui revêtent les fruits du hasard et la perte d’un enfant, sans oublier la pièce Miami, deuxième extrait radio de l’album 22h22, qui se veut décontractée et rafraîchissante, et J’ai besoin de toi, c’est tout, chanson utilisée par Coup de cœur francophone pour faire la promotion du spectacle dans le cadre des festivités.

En plus d’avoir droit à un « light show», comme l’a mentionné Ariane, tellement les jeux de lumière étaient spectaculaires, le public a pu profiter de belles surprises musicales. D’abord, la coach de la Voix, a fait une reprise de la chanson Imparfait, de son bon ami Daniel Bélanger, accompagnée au piano. Une belle réappropriation de la version originale en toute simplicité, où la puissance de sa voix était mise à l’honneur, et que dire de la mélodie avec le piano, si ce n’est que WOW! Par la suite, Ariane a invité son coup de cœur musical à monter sur scène, Safia Nolin, seulement âgée de 21 ans, dont le premier album Limoilou a été lancé il y a deux mois à peine. Et déjà, elle fait fureur partout où elle passe. L’interprétation de sa pièce Igloo, accompagnée à un certain moment par Ariane, a rapidement charmé la foule, qui semblait ébloui par le talent de la jeune prodige. Le style de Safia est assez marginal, voire nonchalant, mais le charisme qu’elle dégage est sensationnel. À croire qu’on n’a pas fini d’en entendre parler, et c’est tant mieux comme ça.

Excepté le titre Imparfait de Daniel Bélanger, Ariane a fait le bonheur de plusieurs en performant le cover de la tournée 22h22, nul autre que le morceau In The Air Tonight, classique des années 1980 du célèbre Phil Collins. Une prestation qui a su en mettre plein la vue avec l’arrivée surprise de la chanteuse Marie-Pierre Arthur, récipiendaire de l’album de l’année – Adulte contemporain au dernier Gala de l’ADISQ,  le show de boucane et le solo à la batterie d’Ariane. Tous les éléments étaient réunis pour une performance du tonnerre, et croyez-le le numéro a fait lever la foule!

Bien sûr, la Mamma de la Voix a aussi offert ses gros hits en carrière, qui font toujours aussi plaisir à réentendre, dont Je veux tout, Reverbère, dont elle avait modifié le tempo par rapport à l’original, et Point de mire, qu’elle a interprétée en version acoustique.

Outre la prestation haute en couleurs qu’a livrée l’interprète de Poussière d’ange, l’un de ses premiers titres à être sorti sur le marché il y a déjà une dizaine d’années, Ariane avait de l’humour à revendre jeudi soir. Tout au long de la soirée, elle y est allée de plusieurs blagues et interactions avec le public, d’une imitation amusante d’un présentateur du défunt Fuzzy Laval, à sa création de rap I’m not scared for my pride qui, comme elle l’expliquait, le sourire aux lèvres, l’a convaincue de faire carrière en chanson et non en rap, en passant par quelques encouragements assez drôles envers le public qui, de toute évidence, a massacré quelques passages de ses chansons lorsqu’elle invitait à chanter avec elle. Une soirée pour le moins divertissante!

Ariane a salué dans la foule son frère, Jack, sa sœur et gérante Stéphanie, ainsi que sa conjointe Florence. Étaient aussi présents à cette soirée de spectacle quelques artistes de chez nous, dont Alexandra Diaz, Daniel Bélanger, Simon Morin, ainsi que Tremblay et sa copine Marjolaine Lachance.

En terminant, un grand BRAVO à Ariane Moffatt pour sa belle énergie, sa polyvalence et sa prestance sur scène, ainsi qu’à ses musiciens : Jonathan Dauphinais ( key base), Étienne Dupuis- Cloutier ( batterie) et Laurence ( base).

Pour vous procurer l’album 22h22 d’Ariane Moffatt, c’est ici




Commentaires