Rentrée montréalaise: Tremblay, une véritable boule de talent et d’énergie

Article par Karianne Falcon
Photos par Martine Boucher

Jeudi le 5 novembre s’amorçait la 29e édition de Coup de Cœur francophone, un festival annuel destiné à la découverte et à la diffusion de nouveaux talents musicaux. L’ouverture des festivités se déroulait à la salle-spectacle du Cabaret du Lion D’Or avec comme tête d’affiche, Tremblay, qui y présentait son second album solo, Porcelaine, paru en mars dernier, trois ans après qu’il ait dévoilé son premier opus Ça va ça va.

C’est dans l’ambiance ancestrale connue au Cabaret du Lion D’Or et devant une salle comble que Tremblay a enchaîné les pièces figurant sur l’album, se situant à mi-chemin entre le folk et le pop. Question de ramener l’été dans nos cœurs, Tremblay nous a fait dandiner sur les airs de Summerlove, et ai-je besoin de vous parler de l’accueil chaleureux qui a été réservé au morceau Aime/Pardonne, le premier single de l’album à avoir explosé sur nos ondes radio le printemps dernier. C’était un moment de pur bonheur : la foule s’est levée pour chanter, danser et claquer des mains sur le rythme. Le plaisir et l’énergie ressentis dans la salle étaient à leur summum. Après avoir fait tabac avec ces hits pendant tout l’été, Tremblay a profité de sa rentrée montréalaise pour offrir en prestation son tout nouveau single, À l’abri, qui tourne dans les stations de radio depuis peu.

L’album Porcelaine se veut un condensé de thèmes, ou plutôt de phases de la vie, à travers lesquelles plusieurs vont se reconnaître : Tremblay aborde avec un brin de marginalité, de nonchalance et de vulnérabilité les joies de l’amour, les aventures qui partent en poussière, les histoires écorchées, le désir, l’ivresse, les soirées bien arrosées, la quête de soi, la solidarité, le rêve et l’ambition. L’auteur-compositeur de 30 ans a le don de romancer, d’imager et  de donner un sens inattendu à des choses ou des événements qui, à priori, peuvent sembler banals. Par exemple, pour illustrer une relation qui s’effrite, le chanteur y va d’une métaphore comme : « La porcelaine du Chinatown est moins fragile que nous deux ensemble.». Puis, pour traduire la transition d’un gars de party qui en a assez de ce train de vie et qui rassemble force et courage pour passer à autre chose, Tremblay emploie les paroles : « Pas plus solide qu’un boxeur, mais plus solide qu’avant». Vers la fin du spectacle, lui et ses musiciens,  J-P Audet (guitare et voix), Daniel Provencher (basse, piano et voix) et Charles Blondeau (batterie), ont repris la chanson Marie Plastique, tirée de l’album Ça va ça va, qui exprime les comportements narcissiques et artificiels des filles qui ont une soif d’attention.

En plus d’être fort sur la plume, celui qu’on a connu sous les traits de Manolo Laporte-Carpentier dans la série jeunesse RamDam déborde d’énergie sur scène. Il dégage une fougue incroyable, il est charismatique et plein d’entrain. Un bon vivant qui, avec ses paroles humbles, mais TELLEMENT réalistes, ses anecdotes, son sourire et ses yeux charmeurs, sait nous séduire à tout coup.

Par l’étendue des sujets du quotidien qu’il couvre et sa frivolité, Porcelaine est une excellente thérapie à faire jouer et rejouer en boucle!

À l’occasion de cette rentrée montréalaise, quelques collègues de RamDam, dont Dominic Philie (M. Mongeau), Hugo Dubé (Claude l’Espérance), Jason Roy-Léveillée (Jean-Félix Beaupré), Mirianne Brûlé (Sélina Laporte-Carpentier) et des amis du milieu artistique (Bryan Audet, Véronique Claveau) étaient présents.

Avant de travailler à sa carrière musicale solo, Maxime Desbiens-Tremblay (Tremblay) était de la formation Éléphantine qui, en 2009, lançait son album intitulé Le bonheur en 3D. En plus de faire son chemin sur le marché québécois avec son plus récent opus, Tremblay fait actuellement partie du quatuor The Brother’s Sessions en compagnie de Bryan Audet, Jason Roy-Léveillée et Simon Morin.

Pour en savoir davantage sur Tremblay et ses projets, cliquez ici
Suivez le également via Facebook et Twitter.

Pour voir toutes nos photos de l'événement, cliquez ici. 

Commentaires