La Voix | Yvan Pedneault, vivre de sa passion!

Entrevue par Martine Boucher
Photo: tva.canoe.ca





Petite Boite : Aujourd’hui, ça fait quelques jours que tout le Québec a vu ta performance à La Voix. Comment ça s'est passé pour toi cette semaine? 

Yvan: À partir du moment où ça a été diffusé ça a tout de suite été l'explosion sur les réseaux sociaux. Je ne compte plus le nombre de messages que je reçois et les nouveaux abonnés. C'est vraiment fou!

P.B : Peux tu me parler un peu de ton parcours professionnel?

Y: J'ai gradué de l'École de théâtre musical de Montréal, par la suite j'ai fait Rent à l'Olympia et ensuite, j'ai été engagé par Lynda Lemay pour faire Un éternel hiver. On a fait le Québec, la Belgique, la France et la Suisse. Ça c'était ma première année, donc je me suis dit que ce serait facile pour moi, mais après ça j'ai eu plusieurs mois où je n'avais rien du tout artistiquement parlant... Ça a été très difficile pour moi. À ce moment-là, j'ai eu un appel d'un ami qui m'a dit qu'il y avait un ''open call'' pour une comédie musicale à Toronto (We will rock you), j'y suis allé parce que tant qu'à être assis chez moi à rien faire... Mais je ne parlais pas Anglais, alors je me suis dit ils vont me dire non, mais ça va me faire une expérience de plus. Finalement, ils ont aimé ma voix donc ils m'ont gardé. La personne qui passait les auditions me voyait comme remplaçant pour le premier rôle et lorsque j'ai performé devant les gars de Queen Brian May le guitariste et Roger Taylor le batteur, ils ont insisté pour que j'obtienne le premier rôle. J'ai fait cette comédie musicale pendant 2 ans et demi à Toronto. Mais depuis les 5-6 dernières années, c'est plus difficile pour moi. Avant Toronto était la 3e ville en importance pour les comédies musicales et là ce n'est plus le cas, alors c'est devenu plus difficile de trouver des rôles à la maison et quand je trouve des contrats c'est toujours loin alors c'est difficile de rester à la maison avec ma famille. 

P.B : Qu’est-ce qui t’a motivé a participer à La Voix?

Y: Ça fait une dizaine d'années que je suis sorti de l'école et j'arrive toujours pas à gagner ma vie avec la musique. J'arrive à travailler quelques mois dans mon métier, mais pour le reste du temps je dois travailler comme serveur dans un restaurant. Je crois beaucoup en mon talent et je me suis dit que c'était peut-être l'occasion d'avoir un coup de pouce et si ça peut me permettre de faire vivre ma famille (ma petite fille et ma femme) plus confortablement... pourquoi pas!

P.B : À la suite de ton audition à l’aveugle, les 4 coachs se sont retournés. Tu as décidé de te joindre à l’équipe de Marc, qu’est-ce qui a motivé ton choix?

Y: Au montage, ils ont coupé beaucoup des commentaires des coachs, ils ont gardé l'essentiel mais dans son speech il y a des choses que Marc a dit qui m'ont fait pencher vers lui. Aussi, j'avais consulté des gens de mon entourage qui m'avaient encouragé à aller avec Marc. J'ai toujours eu un énorme respect pour Éric Lapointe, je respecte les quatre coachs, mais particulièrement Éric Lapointe pour son intensité, son back-ground... après Céline, c'est à mon avis l'artiste le plus prolifique au Québec, donc je me dis qu'il doit faire quelque chose de correct (rires) Mais quand Marc a dit ''Moi, je veux que ça fonctionne pour toi à La Voix et APRÈS La Voix aussi'' ça m'a convaincu. Marc est reconnu pour bien travailler avec ses artistes de La Voix même après l’aventure. Ils a bien sûr aussi beaucoup de contacts. Donc, ce sont toutes ses raisons qui m'ont fait pencher pour lui. Mais c'était bien le fun d'écouter les coachs se battre pour moi. (rires) 

P.B : Une journée d’audition dans la peau d’Yvan ça ressemble à quoi? As-tu un rituel avant de monter sur scène? Comment arrives-tu à gérer ton stress?

Y: J'essaie de garder ça simple! Pour moi, une bonne préparation avant une audition c'est de parler le moins possible, boire beaucoup d'eau pendant toute la journée, avoir un bon sommeil et faire un bon réchauffement de ma voix. D'habitude ça marche bien! J'étais très stressé pour l’audition. J'ai fait beaucoup d'auditions dans ma vie, mais jamais des auditions à l'aveugle devant autant de monde et capté à la télévision en ''one-shot''. Je me disais le test de son hier c'est bien déroulé, mais est-ce que ce sera la même chose aujourd'hui? Les musiciens jouent pour plusieurs candidats, est-ce qu'ils vont se rappeler de ce que j'ai demandé lors du test de son? Mon expérience m'a sans doute servi à rester calme. Étant plus jeune, j'étais pas mal plus agité lors des auditions. Aujourd'hui je sais comment ça se passe et j'arrive à rester calme. J'avais surement l'air relax et en contrôle, mais j'en avais juste l'air... 

P.B : Comment entrevois-tu la suite de l’aventure?

Y: Chaque étape est différente puisqu'il y a des éléments différents. Je peux dire que l'équipe de Marc est vraiment très solide. Si je peux gagner La Voix, c'est cool, mais si je ne gagne pas j’espère juste pouvoir attirer d'autres opportunités encore une fois pour pouvoir faire vivre ma famille plus confortablement. Profiter de la visibilité que cela peut m'amener. 

P.B : Tu dois recevoir énormément de messages via les réseaux sociaux et on sait tous que c’est difficile de répondre à tout le monde. Si on profitait de cette entrevue pour répondre à tes fans qu'est-ce que tu leur dirais?

Y: Juste leur dire un gros merci pour leur support. C'est très tôt dans le processus et déjà je sens que j'ai un bon groupe derrière moi et c'est vraiment motivant pour la suite. Donc, simplement les remercier en espérant qu'ils soient derrière moi pour la suite. 

Ne manquez pas les duels dès le 21 février à TVA pour savoir si Yvan passera à la prochaine étape. 

En attendant, revoici la performance d'Yvan aux auditions à l'aveugle. 



Commentaires