Maudite job ou comment survivre à l'écoeurantite aiguë au travail!

Article par Karianne Falcon

Mercredi soir dernier, LA place où il fallait être pour en rire à s’époumoner, c’était sans conteste à la salle de spectacle Le Club du Quartier Dix30, où le duo formé de François Chénier (Watatatow, Radio Enfer, Destinées, RamDam) et Mathieu Gratton (La revanche des NerdzLe banc d'essai du peuple) présentait en grande première son spectacle d’humour Maudite Job!, projet qui occupe une bonne partie de son temps depuis 2014; Mathieu à l’écriture et François à la mise en scène.

Maudite Job! raconte le quotidien peu reluisant de Daniel et Luc, deux agents du service à la clientèle dans une grosse firme de télécommunications. Âgés dans la quarantaine, ils sont désabusés par leur emploi «de marde», manière qu’ils ont de le qualifier. Leur refoulement au travail et leur insatisfaction face aux faibles possibilités d’évolution au sein de l’entreprise transparaissent à travers les discussions et les agissements des collègues envers les clients, traduisant un véritable « je m’en foutisme». Dans leurs conversations avec autrui, Daniel et Luc ne peuvent s’empêcher de tout tourner à la dérision. Un amalgame d’ironie, de sarcasme et d’humour jaune viennent colorer leur personnalité. Alors que chacun croit être en lice pour le poste de directeur/directrice, ils découvrent que c’est une femme voilée à qui sera confié le titre. La goutte qui fait déborder le vase! Leurs espoirs amoindris, Luc entraîne Daniel dans un plan d’action au congédiement. Luc élabore des stratégies qui, selon lui, mèneront Gaston, le patron de la compagnie, à leur  montrer la porte. Pour ce faire, les deux « partenaires de crime» exploiteront des sujets tabous en milieu professionnel, tels que l’intimidation et l’homosexualité au travail.  

À travers leurs heures de travail platoniques et leurs tactiques pour quitter leur emploi, Daniel et Luc abordent, dans une perspective plus globale, une variété de sujets appartenant à la vie sociale : le bilinguisme au travail, le cancer, l’infidélité, les idées sombres,  le narcissisme, la solitude des aînés, le sexe, etc.  Plusieurs faits de l’actualité et personnalités publiques sont également passés sous le radar d’un point de vue humoristique. Le ministre Gaétan Barrette,  le premier ministre Justin Trudeau, Joël Legendre, les comédiens Réal Bossé et Claude Legault, le défunt politicien Jack Layton, le joueur de soccer Didier Drogba, le comédien Michel Charrette, l’entraîneur du Canadien de Montréal, Michel Therrien et Dany Turcotte sont tous cités dans l’un des numéros. Cela est sans compter les références à la chanson Hello d’Adèle, à Star Wars, à l’Auberge du chien noir, à La Guerre des Tuques, au film Mon fantôme d’amour, ainsi qu’aux réfugiés syriens.

Le spectacle bifurque vers la fin sur un numéro où sont délaissés les joyeux lurons que sont Daniel et Luc, et où on se retrouve nez-à-nez avec leurs interprètes, François Chénier et Mathieu Gratton dans une confrontation, où ils se parlent des vraies affaires sans mettre de gants blancs : dépendances, vie amoureuse, vie professionnelle. Quelques bons coups en bas de la ceinture avant finir la soirée sur une note sentimentale avec une parodie de la chanson Une chance qu’on s’a.

Un vrai bon show d’humour typiquement québécois avec des sacres et des gags parfois crus, mais qui relate à la perfection notre culture et nos préoccupations. La chimie des deux comparses est indéniable. Ils sont arrivés sur scène gonflés à bloc et ont su maintenir leur énergie contagieuse du début à la fin, avec quelques interactions avec le public. Mise à part quelques jeux de mots faciles, mais tout de même cocasses, et quelques oublis de textes bien réchappés, disons que c’est un show qui vaut le détour! De l’humour pur et authentique, pour une soirée de gros fun!

Pour obtenir plus d’informations sur le spectacle ou pour vous procurer des billets, cliquez-ici.


Commentaires