Le Cirque du Soleil apporte la chaleur du Mexique - L’été est arrivé à Montréal

Article par Genevieve Chenail


Après 37 productions originales depuis 1984 et 16 présentées sous chapiteau, le Cirque du Soleil présente LUZIA sous le Grand Chapiteau, au Vieux-Port de Montréal jusqu’au 17 juillet.  Regroupant 44 artistes originaires de quinze pays et le talent créateur d’une équipe de 17 concepteurs, LUZIA s’inspire de la richesse du Mexique. « LUZIA se veut une ode poétique et acrobatique à la culture riche et vivante de ce pays…»

Ce qu’il faut retenir

- LUZIA impressionne par sa scénographie. La scène est pivotante et circulaire ce qui permet à tous les spectateurs de bien voir chaque angle des numéros. ON AIME !
Pour la première fois, le Cirque du Soleil incorpore des éléments d’eau sous le chapiteau. Dans le numéro de Roue Cyr et trapèze, au milieu de celui-ci, une chute de pluie se met à tomber sur scène pendant que les artistes poursuivent leurs acrobaties. L’effet est spectaculaire ! Plus tard, des images sont produites sur cette chute d’eau et un bain d’eau surgit du milieu de la scène pour un numéro de sangles. C’est rafraîchissant. Le public appréciera également l’utilisation de deux tapis roulants lors des premiers numéros qui rendent les prouesses des acrobates encore plus saisissantes.

- Luzia nous transporte entre le réel et l’irréel «inspiré librement du Mexique». Les paysages sont colorés et nous font voyager à travers une culture inspirante. Tous nos sens sont interpellés par ce spectacle où bien souvent deux yeux ne suffisent pas pour tout voir en même temps ce qui se déroule sur scène.

- La musique est festive et reflète bien l’ambiance mexicaine ! ON AIME la voix de la chanteuse, Majo Cornejo, qui est originaire du Mexique. Une voix en contrôle et puissante.

- La variété des tableaux, un point essentiel ! Nous passons d’un numéro de clown à une danse football impressionnante, à un numéro de balançoires russe. Il y a en pour tous les goûts, tout le monde peut trouver son compte avec ce spectacle.

- Le numéro de contorsion de l’artiste Aleksei Goloborodko, un Russe âgé de 21 ans qui s’exerce à cette discipline depuis l’âge de 4 ans, ne vous laissera pas indifférent. Ce numéro est absolument incroyable. Ce jeune pousse la contorsion à l’extrême et suscite de vives réactions chez le public. OUCH ! c’est à retenir son souffle !

Le Cirque du Soleil en chiffre

Depuis 1984, le Cirque du Soleil compte plus de 160 millions de spectateurs, dans plus de quatre cents villes réparties sur six continents.

4 000 personnes travaillent pour cette entreprise, dont 1300 artistes, provenant de près d’une cinquantaine de pays différents.


L’événement à ne pas manquer cet été, à Montréal ! LUZIA, un spectacle pour toute la famille, présenté sous le Grand Chapiteau dans le Vieux-Port de Montréal jusqu’au 17 juillet 2016.

Visitez leur page facebook, ici

Commentaires