10 questions | Sachez en plus sur le groupe NAVIR qui est en plein essor

Article par Martine Boucher
Photos : Un Par Un Communication



1. Pour qu’on puisse apprendre à connaitre chacun de vous, pouvez-vous me parler un peu du parcours de chaque membre?
Sarah Dion aux drum/percussions, elle vient d’un background de party band et de tournée en Australie. Sa versatilité lui permet d’appliquer ses influences punk, reggae, RnB et même Disco dans des chansons aux styles totalement différents. Elle est graduée du programme de musique du CÉGEP de Drummondville ainsi que d’un BACC en Drum à l’UQAM.
Donald O’Brien à la basse, amène le côté mature du groupe, a joué sur d’innombrables spectacles et enregistrements d’artistes émergents. Il vient d’un background autant hard-rock que pop. Lui aussi possède un BAC de l’UQAM à son instrument, qui lui amène le même genre de versatilité que Sarah. Son aisance sur scène est contagieuse.
Jérémie Corriveau a un parcours accidenté passant par le programme de musique Jazz du CÉGEP St-Laurent, l’Électroacoustique de Concordia et de mixage du Berklee College. Il travaille depuis toujours dans le milieu de la musique à l’image, et c’est sa compréhension de l’univers sonore et des lignes mélodiques à travers ses influences qui le définissent comme musicien.
Félix Brassard est autodidacte. Son background musical part vraiment de ce qu’il écoute depuis toujours. Sa façon d’écrire, influencée par ses voyages et ses expériences de vie, est hors du commun. Se servant d’acquis en écoutant du blues, folk et du rock, il donne une sonorité particulière à chacune de ses guitares en y amenant un tuning différent de ce que nos oreilles sont habituées d’entendre.
2. Comment tout a commencé pour votre band?
Le tout est né autour de 2012 dans un vieux demi sous-sol sale de la Rive-Sud, Félix et Jérémie (qui se connaissaient déjà depuis un très jeune âge) décident d’amener leurs late-night jams un peu plus loin. Nous avons eu la chance de rencontrer Sarah, qui est tout de suite tombée en amour avec le projet. Ensuite, après avoir enregistré un premier EP avec un autre bassiste, Simon Veillet, nous avons changé de trajectoire et donc un peu d’équipage. C’est il y a moins d’un an et moins de 6 mois avant l’enregistrement de l’album que Donald O’Brien s’est joint au projet. C’est aussi à ce moment-là qu’on a vraiment trouvé le son Navir.
3. Pourquoi avoir choisi le nom NAVIR?
Nous adorons la sonorité, et on trouve que ça nous représente énormément, tout simplement. Aussi, NAVIR sans « e » à la fin garde la même sonorité en anglais, puisque la plupart de nos chansons sont en anglais.
4. Comment décririez-vous votre son; votre style musical?
Un gros melting-pot de Rock, Folk, Blues, Pop et Électro par moments. S’il fallait n’utiliser qu’un terme connu je crois qu’on irait pour « Rock alternatif » à saveur acoustique.
5. Parlez-moi un peu du processus de création pour votre album Opposite Natures
Les chansons ont été composées sur une période indéterminée. Félix a beaucoup amené de compos pour l’album, il y en a qui traînaient dans un tiroir depuis plusieurs années! Outre celles-là, je dirais que la vraie pré-production s’est fait entre Octobre et Janvier. C’est vraiment un travail d’équipe où tout le monde pousse dans la même direction pour avoir le meilleur produit possible. Donc, difficile de dire officiellement qui fait quoi puisque tout le monde amène de son grain de sel pour chaque facette de chaque chanson
6. Pourquoi avoir choisi de faire votre musique en Anglais? Aimeriez-vous éventuellement travailler en français?
Chaque chanson est composée avant d’y amener les textes. Le processus se fait vraiment naturellement et on sait qu’aucune toune de l’album aurait été en Français. Ceci étant dit, on a une chanson en français sur notre premier EP, Virer Fou, et celle-ci n’aurait jamais pu être en anglais. Donc, on verra si on retravaille en Français ça va vraiment se faire naturellement. Évidemment, il y a aussi la question d’exportation. On veut vraiment toucher le plus de gens possible avec notre musique et la meilleure façon de le faire c’est avec une langue qui se parle à l’extérieur d’ici.
7. Avec qui avez-vous travaillé pour la création de cet album?
On a travaillé avec un incroyable Mixeur, Maxime Vermette du Studio LaMajeure. Il a fait un travail de maître, autant au mix qu’en nous aidant à la réalisation. C’est en partie grâce à lui si nous avons trouvé le son de l’album. Aussi, on a enregistré au Grand Lodge #24, l’ancien studio appartenant à Arcade Fire pour l’enregistrement de « Neon Bible » et du gagnant d’un grammy « The Suburbs ». L’endroit nous a donné le tone qu’on espérait en enregistrant là-bas.
8. Quand vous écoutez/regardez votre album, de quoi êtes-vous le plus fiers?
D’avoir réussi à raconter l’histoire qu’on avait à raconter. L’album s’écoute vraiment mieux du début à la fin qu’en mode aléatoire et ça pour nous c’est vraiment un accomplissement duquel on est fiers.
9. Quels sont les thèmes abordés sur votre album?
L’amour, la paix, le monde, l’amitié mais aussi la destruction de notre planète et la haine entre certains humains, la drogue. C’est vraiment un tout, chaque chanson parle d’elle-même.
10. En terminant, chez PetiteBoite on aime savoir ce qui joue dans le Ipod de nos artistes favoris. Quelles sont les chansons que vous écoutez en boucle ces temps-ci?
Jérémie : Je suis vraiment pogné avec le dernier album de Radiohead ces temps-ci. Particulièrement la chanson Burn the Witch. J’écoute énormément le dernier album de Kendrick Lamar, la chanson Untitled 05 I 09.21.2014 est incroyable.

Félix : Pogné bin raide sur ça : Tommorow - Jono Mccleery , Mother Nature’s Son – The Beatles , Déjà Vu – Crosby, Still, Nash & Young.

Sarah : En ce moment j'suis ben stické sur les dernières de Marie-Pierre Arthur (Si L'aurore (surtout les sessions lives)) et celui de Half Moon Run (Sun leads me on)


Donald : En ce moment, je fais beaucoup de contrats à droite à gauche, j’écoute beaucoup de chansons d’artistes émergents que j’accompagne, je me promène de show en show aussi pour voir ce qu’il se passe côté musique à Montréal : c’est ça mon iPod. 

Pour en savoir encore plus sur le band NAVIR,  visitez leur site officiel ---» ici

Visitez également leur page Facebook

Cliquez-ici pour vous procurer leur album via Itunes. 

Commentaires