Entrevue | Accouchement sous épidurale en Centre hospitalier

Entrevue par Martine Boucher


Nada a accouché deux fois sous épidurale en centre hospitalier. Maman de deux fillettes Lilyann et Elina, Nada garde de très bons souvenirs de ses acouchements. Pour plusieurs, la prise de l'épidurale est non-négociable, elles ne veulent pas souffrir lors de l'accouchement et la demanderont dès leur arrivée à l’hôpital. Pour d'autres, la prise d'épidurale ou de toutes autres interventions médicales crée beaucoup d'anxiété. À travers, les réponses de Nada vous en découvrirez davantage sur cette pratique très utilisée en milieu hospitalier. Parce qu'on ne sait jamais comment nous réagirons à la douleur ou le temps que durera notre accouchement... 

Pourquoi as-tu choisi d’accoucher en centre hospitalier?

Honnêtement, parce que pour ma première, j’ai tout simplement fait comme ma mère. Je n’ai même pas magasiné mon centre hospitalier. Pour moi c’était clair, j’accouche au même endroit que ma mère a accouché. À ma deuxième, j’avais tellement aimé mon expérience la première fois (le personnel, le déroulement, les salles...) que c’était clair que j’y retournais! J’avais eu un méchant coup de cœur avec mon médecin. Si un 3e bébé est à prévoir, je retourne à l’Hôpital St-Luc sans hésitation.

As-tu consulté ton conjoint pour prendre ta décision? Pourquoi?

Vraiment pas!!! (rires) Parce que c’est MOI qui accouche, donc je ne vois pas vraiment en quoi ça le regarde. Bon ok, je suis un peu dictatoriale là-dessus. Mon chum n'est vraiment pas du genre à s'imposer là-dessus. Même disons coté péridurale, il n’a pas manifesté de position particulière. Pour lui c’est vraiment : c’est ton corps, à toi d’y aller avec tes limites!


Comment t’es-tu préparé à ton accouchement?

À Lilyann nous avons assisté aux habituels cours prénataux offerts par le CLSC.
Franchement, ça a été une perte de temps (à mon avis)! Je pense qu'à moins d’être quelqu’un qui ne sait VRAIMENT pas c’est quoi un bébé, ça ne t’apprend pas grand-chose. J’ai lu un peu. J'avais vraiment aucune crainte par rapport à l’accouchement, quand j’étais enceinte de Lili. Peut-être à cause de mon jeune âge ou simplement parce que je ne m’en faisais pas. Même à Elina, je n’étais pas stressée. Ça avait tellement bien été la première fois, que je me préparais à la même chose, quoique j’étais consciente que ça aurait pu mal aller.

Quelles étaient tes craintes face à l’accouchement?
Sentir le bébé passer! Sérieusement, c’est la seule raison pour laquelle j’ai opté pour l’épidurale quand j’ai eu Elina. J’avais tellement peur de sentir le ''ring of fire’'!!! Et j'en ai encore peur! (rires)

Quels étaient tes souhaits pour ton accouchement?  

Avoir mon chum à mes côtés, pouvoir bouger, attendre le plus longtemps pour avoir l’intraveineuse et avoir bébé sur moi dès les premiers instants.

Raconte-moi comment a commencé ton travail?

À ma première, j’ai eu un stripping (rupture des membranes par mon médecin). Un peu moins de 24 heures plus tard, j’ai perdu mes eaux. Je me suis donc immédiatement rendue à la maternité (tel que demandé par le personnel médical).

À Elina, j’ai eu un faux travail pendant plus de 24 heures. J’ai du me rendre à l’hôpital en soirée pour qu’ils me prescrivent un médicament pour dormir. J’étais BRÛLÉE! Le lendemain, au réveil, ça a repris de plus belle. Toutefois, en après-midi (après 36 heures de faux travail) j’ai pris un bain et à ce moment-là les contractons ont augmentées. Je suis restée à la maison, entourée de mon chum, mon aînée, ma mère, ma sœur, son chum, mon frère, à respirer entre les contractions (qui étaient aux 3-5 min et duraient en moyenne 2 minutes) et à parler et à rire...

Comment s’est déroulé ton travail avant d’avoir l’épidurale?

À Lilyann, j’ai vraiment voulu voir mon seuil de tolérance à la douleur. J’ai bougé, j’ai fais beaucoup de ballon une fois arrivée à l’hôpital. J’ai pris un bain tourbillon. Rendue à 7 cm, je pense que je n’étais même plus capable de bouger. Je me suis couchée dans le lit et j’avais vraiment atteint mon seuil de tolérance. Malheureusement, j’ai seulement eu l’épidurale 3 heures après l’avoir demandée alors que j'étais à 9 centimètres. Je suis quand même très fière de moi parce que j’ai été capable de ‘’tougher’’ le plus longtemps possible.

À Elina, je l’ai eu 15 min après mon admission, donc je dirais que ça a très bien été!

À quel moment pendant ton travail as-tu décidé de prendre l’épidural?

À Elina j’ai eu peur de ne pas être assez forte, alors dès mon entrée à la maternité, je l’ai demandée pour ne pas attendre 3 heures comme à ma première. Je regrette un peu ma décision, sachant maintenant à quel point ça a bien été! Peut-être qu'au 3e (si 3e il y a) j’essaierai de façon complètement naturelle! Qui sait?

Comment s’est déroulé ton travail après avoir eu l’épidurale?

Très bien, à Lily j’ai repris des couleurs, je pouvais parler, rire, respirer! À Elina, j'étais sur Facebook et Instagram pour que personne ne se doute que j’étais en train d‘accoucher. ;) (rires) Je m’endormais même sur mon lit d’hôpital!

Comment ton conjoint a réagi à l’accouchement? Comment t’a-t ‘il supporté?

À Lilyann, on ne savait vraiment pas dans quoi on s’embarquait (comme tous les premiers parents d’ailleurs). Je dis souvent que quoiqu'on sache qu’il y a un bébé en-dedans, on le réalise que quand il est devant nous. Mon chum était en extase devant elle, les yeux pleins d’eau, bouche bé. C’était tellement beau à voir!

À Elina, on a versé une petite larme (malgré que lui s’obstine à dire que non! haha) On savait vraiment dans quoi on s’embarquait cette fois-ci et on était prêts à l’accueillir. Il était beaucoup plus confiant qu’à Lily.

Quels étaient les accommodements mis à ta disposition à l’hôpital? 

À St-Luc, on peut avoir accès à un bain tourbillon, un ballon, des méthodes naturelles pour apaiser la douleur... Les infirmières respectent vraiment ta bulle et tes demandes. J’avais demandé même qu’on ne perfore pas la poche des eaux avant minuit parce que c’était la fête de ma mère le lendemain, et je voulais lui faire ce cadeau que sa petite fille naisse le jour de ses 50 ans, et toute l’équipe médicale était au courant. Ils sont même venus me voir à minuit pour me demander si on pouvait accélérer le travail. Et une fois Elina née, ils sont revenus souhaiter bonne fête à ma mère.

As-tu regretté à un moment ou un autre d’avoir eu l’épidurale?

Oui, à Elina je regrette un peu. Ça a tellement bien été! Je suis sure que j’aurais été capable d’accoucher sans épidural.

Si c’était à refaire, déciderais-tu d’accoucher encore à l’hôpital sous épidurale?

Oui à l’hôpital, mais peut-être pas sous épidurale.

Comment se sont passé les heures suivant l’accouchement? Comment t’en es-tu remise?

Super bien, à Lilyann les infirmières venaient souvent m’aider, me montrer à la placer au sein, me montrer à la changer de couche... À Elina, je savais ce que je faisais, mais malgré tout, elles venaient de temps en temps s’assurer que tout se passait bien!

J’ai eu des accouchements très faciles, donc en quelques jours j'étais top shape! À Elina, j’étais au parc à ses 3 jours de vie!

Commentaires